The Low-Coste Innovation Blog welcomes YOU


Welcome to this modest blog I started in early 2005!

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target gene mutations, not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome).
Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


After low-cost airlines (Ryanair, Easyjet ...) comes "low-cost" participatory medicine. Some of my readers have recently christened this long-lasting, clumsy attempt at e-writing of mine "THE LOW-COSTE INNOVATION BLOG".

Jean-Michel Billaut, famous French @nthropologist and Net economy geek : "
There are times when I think there are basically two kinds of people in my country ... A '1.0' Top-Management, frantically clinging to and stuck in the past and in (bio)conservatism... and a '2.0' startup ecosystem... building... building slowly... towards the future..."

Catherine Coste,
MIT certificate in Genomics, a Tim Burton fan (whose films are dealing with death, like this modest Blog -- and sometimes we just hate it!), a Wellywood fan (the new Hollywood)... I come from France (hopefully from that "2.0" part thing) and travel a lot: New-Zealand, Asia (Malaysia, Singapore), UK...

A death and health geek and travel buff of some kind, I love meeting new faces
. My motto:
Go Where You Are Celebrated, Not Where You Are Tolerated.

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs?

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Appel à témoignage - Please share your experience - Teilen Sie Ihre Erfahrungen mit ! Don d'organes - Organ Donation - Organspende :


Appel à témoignage : lettre ouverte aux proches confrontés à la question du don d'organes (lire)

Please share your experience : letter to the attention of next-of-kin of donor-eligible individuals (read)

Im Krankenhaus oder in der Klinik wurden Sie nach dem mutmasslichen Willen Ihres Verwandten gefragt : ob er oder sie sich für Organspende ausgesprochen habe. Bitte teilen Sie Ihre Erfahrung mit ! (lesen)

Avertissement :

Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

ICI LONDRES. LES CHIRURGIENS PARLENT AUX CHIRURGIENS. VIDEO DE JUIN 2013 SUR YOUTUBE : http://youtu.be/peHJg4taa1I

Ethique et...

Dans son livre intitulé "L’éthique expliquée à tout le monde " et paru au Seuil en mai 2009, Roger-Pol Droit, philosophe et membre du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE), fait la chasse aux idées reçues.

L'éthique et la morale, c'est blanc bonnet et bonnet blanc !

Faux...

Le philosophe distingue entre morale et éthique :
"(…) la morale est passée du côté des ‘normes héritées’, tandis que l’éthique est passée du côté des ‘normes en construction’. Aujourd’hui, l’éthique désigne la recherche de nouvelles réponses face aux possibilités inimaginables de la biologie et de la technique, ou face à la nécessité de faire coexister des morales différentes."
L'éthique et l'actualité sont liées.

Faux...

L'éthique ne doit pas être formatée par l'actualité :
"(…) Dans l’information ou la vie quotidienne, l’éthique est indispensable. Et s’impose encore plus dans les choix qu’exige la réglementation des techniques médicales : greffes, clonage, expérimentations sur l’embryon… Elle nous interroge sur le genre d’humanité que nous voulons."

L'éthique et les autres :

"D'abord, nous allons mieux lorsque nous savons au nom de quoi nous agissons, quels sont les valeurs et les principes qui nous conduisent. Et puis nous vivons mieux quand chacun se soucie des autres - que ce soit dans sa famille, dans son travail ou à travers la solidarité. Et c'est cela l'éthique : le souci des autres."

L'éthique... Et moi, dans tout ça ?

"Evidemment il y a un changement de paradigme plus radical, mais qui serait plutôt le mien, c'est celui des limites : mettre des limites à ce qu'on accepte, ou n'accepte pas, pour soi-même." (Dr. Marc Andronikof, auteur de "Médecin aux urgences", Editions du Rocher, janvier 2005. Il dirige le service des urgences de l'hôpital Antoine-Béclère, Clamart).

Le coin des dialogues

france adot 38 a dit (lundi 25 mai 2009 14 h 52) :

"Pourtant rompu à la pratique du don d'organes, puisque engagé dans une association qui milite en faveur du don, j'adhère totalement à votre analyse, à tel point que j'ai effectué un lien de notre blog vers le vôtre. Il demeure toutefois complexe d'expliquer au grand public la notion de 'constat de décès précoce', dans tous les cas cette mesure ne suscite qu'indignation des assistances présentes. On le serait à moins ..."

Catherine a dit (lundi 25 mai 2009 à 16 h 21) :

Oui, effectivement, j'avais repéré le lien figurant sur le blog de France Adot 38, vers le weblog d'information "Ethique et transplantation d'organes".

Rappelons le lien vers le blog de France Adot 38 : http://franceadot38.blogspot.com/

Comment expliquer au grand public la notion de "constat de décès précoce" ? Pour commencer, me semble-t-il, nous devrions sortir de la démarche de promotion du don, pour aller vers l'information sur les transplantations. Informer sur les transplantations, ce n'est pas uniquement promouvoir le don d'organes. C'est aussi (et surtout) inciter les usagers de la santé à réfléchir sur le don d'organes dans un contexte de fin de vie. La loi Léonetti d'avril 2005, dite loi sur la fin de vie, a été réévaluée l'année dernière (fin 2008) ; elle le sera à nouveau en 2010, afin de suivre l'évolution des mentalités et les progrès de la médecine (progrès techniques et scientifiques) en France. Déconnecter la réflexion sur la fin de vie de celle sur le don d'organes, cloisonner (à dessein ?) les deux domaines, les séparer, est irréaliste, voire dogmatique. Face à la seule promotion du don d'organes, nous pouvons mettre à nu le paradoxe suivant : lorsque l'usager de la santé se pose la question de savoir : "quelle fin de vie pour le potentiel donneur d'organes ?", le discours public sur le don d'organes répond sur la beauté du don ...

Espérons que les avancées en matière de "gestion" de la fin de vie en milieu hospitalier, depuis la loi Léonetti, contribueront également à enrichir le débat public sur le don d'organes : si je suis pour le don d'organes à ma mort, quelle sera ma fin de vie ? Si, en tant qu'usager de la santé, je n'ai pas de réponse à cette question, cela risque de susciter mon indignation. On le serait à moins...

france adot 38 a dit… (lundi 25 mai 2009 19 h 15)

"Merci Catherine pour votre réponse très pertinente. Je vous laisse notre adresse mail : mailto:bureau@france-adot38.org

Nous organisons quelques conférences dont la tonalité est très proche de vos analyses, je pense que votre expertise apporterait beaucoup au public de la région grenobloise. Si le 'cœur' vous en dit... Ce sera avec grand plaisir."

C'est vous qui le dites

Message posté samedi 23/05/2009 à 11h37 :

"La société SUNSET Presse prépare actuellement un documentaire pour France 3 sur la pénurie de reins et le marché qui se développe en parallèle.

Nous sommes donc à la recherche de témoignages de Français qui se sont rendus à l'étranger pour une transplantation ou de patients qui comptent le faire d'ici peu.

Auriez-vous parmi vos contacts actuels ou passés, des personnes susceptibles d'avoir ce profil ? Pourriez-vous à l'occasion leur parler de notre documentaire et de notre recherche ?

Nous sommes également à la recherche de témoignages de personnes qui ont perdu un proche sur liste d'attente. Pour sensibiliser le public sur l'attente de greffe et le fait qu'aujourd'hui encore des personnes meurent faute de temps et d'organes disponibles, nous pensons qu'un tel témoignage serait probant.

Il s'agit d'un documentaire de fond, dont la démarche est de sensibiliser sur la pénurie et de montrer les dangers qui existent quand on décide de se rendre à l'étranger. En aucun cas il s'agit de faire l'apologie des recours offerts à l'étranger. Il ne s'agit pas non plus d'un documentaire qui vise le sensationnalisme, ni le voyeurisme."

Contact :
Dominique Mesmin
118 rue des couronnes
75020 Paris
Portable : 00 33 (0)6 07 98 06 43
Email : dm1@noos.fr

Message posté par Melly, le 14/05/2009 à 18h21 :

"Je reviens vers vous pour vous dire qu'il est question que Jean-Luc DELARUE fasse sa dernière émission de 'ça se discute' sur le 'don d'organes' Mi-JUIN !

l'émission de France2 a un site où vous pouvez proposer ce que vous voulez ; pourquoi ne pas demander ou exiger LA PAROLE (toujours des 'pour' qui sont interviewés) et 'en discuter' vraiment !"

Ethique et loi

On se rappelle l'affaire des "transplantations forcées" en Chine : des prisonniers chinois, membres du Falun Gong pour la plupart, mais aussi quelques criminels et prisonniers pour des raisons "politiques", ont approvisionné, à leur corps défendant, le marché des organes. Bien entendu, aucun de ces prisonniers et criminels chinois n'avait consenti à être abattu pour ses organes, dont la vente profitait, entre autres, au gouvernement chinois. L'affaire avait été relayée, de 2006 à 2008, par le Sénateur Canadien David Kilgour, travaillant avec l'avocat David Matas, afin de réunir des preuves, dans le but de faire cesser ce trafic. Si le gouvernement chinois a reconnu les faits pour partie en 2008, ce trafic a-t-il cessé pour autant ? La vente de cadavres frais (ceux des prisonniers exécutés) constitue une source de revenus pour le gouvernement chinois. Quand on sait que 80 pour cent des condamnés à mort dans le monde sont exécutés ... en Chine, on se dit que la complicité de l'armée doit permettre au gouvernement chinois de tirer un parti financier de ces exécutions. Le marché des organes constitue une source de revenus ; la vente de corps fraîchement exécutés à des fins de plastination pour exposition d'anatomie dans le monde (USA, Mexique, mais aussi... la France, jusqu'à récemment) constitue aussi une source de revenus. Voir l'affaire de l'exposition d'anatomie (avec de vrais cadavres chinois) "Our body. A corps ouverts", qui s'est tenue jusqu'à fin avril 2009 à Paris (Espace Madeleine 12), avant d'être interdite. Notons que l'entrée coûtait 15 Eur (13,50 Eur tarif réduit)... On pouvait y voir 17 cadavres, 16 hommes et une femme, tous des Chinois. La décision de justice, rendue à Paris le 30/04/2009, a ordonné l'interdiction de l'exposition à Paris. On peut anticiper le fait que, le cas échéant, cette décision ferait jurisprudence, c'est-à-dire appellerait une décision du même type, si d'autres expositions de la sorte devaient se tenir sur le sol français. Les corps, néanmoins, n'ont pas été confisqués. Il n'est pas déraisonnable d'imaginer qu'ils servent pour une exposition du même style au Mexique ou aux USA (Las Vegas, mais pas seulement), où l'appétence du grand public pour ce genre de "spectacle-distraction", au sens hollywoodien ("entertainment") est ... insatiable !

30/04/09 : Jugement d'appel au Palais de justice de Paris : la Cour a décidé d'interdire l'exposition "Our body. A corps ouverts" à Paris (Centre Madeleine 12). Mais les cadavres qui faisaient l'objet de l'exposition n'ont pas été confisqués. Sont-ils déjà en route vers une autre expo, aux USA ou au Mexique, afin que les organisateurs puissent "rentrer dans leurs frais" ? Le 29/04/2009, le Conseil National de l'Ordre des Médecins a rendu un avis contre l'exposition (lire). Se sont ralliés à cet avis : le Comité Consultatif National d'Ethique et l'Espace Ethique de l'Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, dirigé par le Professeur Christian Hervé. Cette décision de justice fait écho à un avis unanime des acteurs du monde médical : "(...) les soupçons pesant sur l'origine des pièces anatomiques et des corps exposés incitent (...) à émettre les plus grandes réserves". (Communiqué AFP)

29/04/2009 : "Le 21 avril 2009, les associations Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM) et Solidarité Chine ont gagné le procès qui les oppose à la société Encore Events, organisatrice de l’exposition de cadavres nommée 'Our Body. A corps ouverts'. L’audience en appel s’est tenue le 28 avril, devant le Premier Président de la Cour et deux autres hauts magistrats. La décision de la Cour sera rendue publique jeudi 30 avril.

L’audience qui s’est tenue devant la Cour d’Appel de Paris a permis de mettre en évidence les extrêmes violations des droits de la personne humaine que les expositions du type de celle qui est organisée boulevard de la Madeleine induisent :

1. Commercialisation du corps humain,
2. Absence de consentement des personnes exposées qui ne sont, de plus, pas mortes de mort naturelle,
3. Plastination programmée des corps, suggérant fortement qu’il s’agit de condamnés à mort,
4. Absence totale de recherches, par l’organisateur, sur les activités de la fondation chinoise qui commercialise les corps humains exposés.

Afin de commenter la décision de justice attendue, ECPM et Solidarité Chine organisent une conférence de presse, le 30 avril à 12h, à la Bibliothèque des avoués à la cour, Palais de justice de Paris, Locaux de la Cour d’appel, au premier étage, demander les locaux de la chambre des Avoués à la Cour (ne pas confondre avec la bibliothèque des avocats)." (Lire la suite)

21/04/2009 : La Coalition mondiale contre la peine de mort / World Coalition Against the Death Penalty nous informe de la "victoire qui a été remportée par les associations de protection des droits de l’homme, Ensemble Contre La Peine de Mort et Solidarité Chine, dans l’affaire qui les opposait à la Société Encore Events, organisatrice de l’exposition 'Our body, à corps ouverts'. Les deux associations, représentées par Maître Richard Sédillot, avocat à la Cour, ont obtenu l’interdiction de l’exposition 'Our body, à corps ouverts', qui devra fermer ses portes sous 24 heures."

Lire le Dossier de presse "Ensemble contre la peine de mort (ECPM)" - "Solidarité Chine" : "contre l'exposition 'Our Body. A corps ouverts'" (doc. PDF, 180 Ko.)
==> Télécharger

Contact info : Coalition mondiale contre la peine de mort / World Coalition Against the Death Penalty - Tel: 0033 1 57 63 09 37 - Fax: 0033 1 57 63 89 25 - Email: hlabbouz@abolition.fr (Hélène Labbouz, juriste stagiaire à la Coalition mondiale contre la peine de mort) - web site : http://www.worldcoalition.org

09/04/09 : la décision judiciaire est repoussée au 21 avril. PARIS - "Le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a repoussé au 21 avril sa décision sur la demande d'interdiction de l'exposition anatomique de corps humains 'Our body/A corps ouvert' qui se tient actuellement à Paris, présentée par deux associations de défense des droits de l'Homme. La décision devait être rendue aujourd'hui, jeudi 09/04.

Les associations Ensemble contre la peine de mort (ECPM) et Solidarité Chine considèrent que cette exposition porte atteinte au respect, à la dignité et à la décence du corps humain ainsi qu'à l'inviolabilité et à l'intégrité du corps humain, tel que le prévoit le Code civil." (source)
La justice examinait la semaine dernière une plainte pour atteinte à la dignité, à la décence et à l’intégrité des personnes, à propos de l’exposition "Our Body, à corps ouverts", actuellement à Paris (Espace Madeleine).

"Les cadavres 'plastinés' de l’exposition 'Our Body, à corps ouverts' étaient lundi devant le tribunal de grande instance de Paris. Deux associations, Ensemble contre la peine de mort et Solidarité Chine, réclamaient en référé l’interruption de cette manifestation, ouverte depuis le 12 février à Paris et qui présente des dépouilles humaines conservées de manière spectaculaire grâce au procédé d’imprégnation polymérique du à l’anatomiste allemand Gunther von Hagens. Motif de la plainte : cette exhibition de cadavres à des fins commerciales constituerait une atteinte à la dignité, à la décence et à l’intégrité des personnes. En outre, parmi les 17 corps exposés, pourraient se trouver ceux de condamnés à mort chinois, craignent les plaignants."

"Depuis que Von Hagens a mis au point son procédé de plastination, les expositions anatomiques qui en ont résulté à travers le monde n’ont cessé de susciter la polémique. En France, c’est l’organisateur de spectacles musicaux Pascal Bernardin qui a produit l’expo avec des dépouilles fournies, assure-t-il, par une fondation de Hongkong. La chose a d’abord été présentée à Lyon l’an dernier, où elle aurait été visitée par 110 000 personnes, puis à Marseille (35 000). A Paris, la Cité des sciences et le musée de l’Homme n’ont pas désiré accueillir la manifestation, suite notamment à un avis défavorable du Comité consultatif national d’éthique. Lequel condamnait en particulier ce 'regard techniciste sur les corps' et un processus industriel 'qui n’est pas sans rappeler le traitement des cadavres dans les camps d’extermination lors de la dernière guerre'. L’exposition a donc échoué dans une salle privée, près de la Madeleine.

Pour les plaignants, Me Richard Sédillot s’est étonné que l’on puisse aujourd’hui 'tirer profit de l’exposition de cadavres dépecés et éviscérés en plein Paris', s’interrogeant par ailleurs sur l’origine de ces 'corps d’hommes jeunes, sans pathologies particulières', alors que la Chine exécute chaque année environ 6 000 personnes, dont les corps ne sont pas toujours rendus à la famille. Il a réclamé l’interruption de l’exposition, sous astreinte de 10 000 euros par jour de retard, et réclamé les documents établissant l’origine des corps et le consentement des personnes concernées."

"Pour la défense, Me Jean-Marie Tomasi a souligné que l’exposition avait pour objet de 'désacraliser le corps humain' et que, ce faisant, 'elle pourrait favoriser le don d’organes'. S’est ensuivi un débat technique sur l’article 16 du code civil, qui porte sur le respect du corps humain : s’applique-t-il aussi à celui des défunts ? Auquel cas, le sous-article 16-2 - 'Le juge peut prescrire toutes mesures propres à empêcher ou faire cesser une atteinte illicite au corps humain' - pourrait être invoqué pour interrompre 'Our Body, à corps ouverts'. Le juge des référés Louis-Marie Raingeard de la Bletière s’est donné jusqu’au 9 avril pour y réfléchir. L’exposition doit se tenir jusqu’au 10 mai, avant de migrer pour l’été à Vincennes, au parc floral. Sauf si..."

Source :
http://www.liberation.fr

Mon commentaire :

En contact avec des représentants de la partie demanderesse qui a assigné en justice les organisateurs de l’expo "Our body, à corps ouverts". Apparemment, les corps (du moins : certains corps) proviennent bien de prisonniers chinois, des gens dans la force de l’âge, qui ont parfois été exécutés d’une balle dans la tête, et qui n’étaient en rien consentants pour l’exposition de leur cadavre après leur mort. En Chine, enterrer ses proches morts est un devoir sacré. La partie défenderesse dit que l’expo contribue à désacraliser le corps humain, et donc, à favoriser le don d’organes, or 2009 est l’année du don d’organes comme Grande cause nationale. Cet argument de la partie défenderesse a été trouvé opportuniste, hypocrite et dogmatique par la partie demanderesse. Et pour le moins choquant, faut-il le souligner.

Demain, jeudi 9 avril, l'avocat de la partie demanderesse ira chercher le jugement (la décision) rendu(e) par le TGI de Paris (Tribunal de Grande Instance), au Palais de justice (4 boulevard du Palais, 75001 Paris), au métro Cité (L.4). Les audiences sont publiques au TGI de Paris, mais il n'y aura pas d'audience demain, donc inutile de se rendre sur place. Bien entendu, la partie demanderesse espère que ce sera à la partie défenderesse de faire appel, et non l'inverse. Il devrait donc y avoir appel à l'issue de la décision rendue par le TGI, qu'elle soit en faveur de l'expo ou qu'elle l'interdise. Un communiqué de presse sera publié à l'issue de la décision du TGI demain.

On se rappelle l'affaire des transplantations d'organes forcées en Chine : des prisonniers politiques (membres du Falun Gong) ont été abattus pour leurs organes, à des fins de transplantation. Ces organes ont été vendus (aux USA notamment) par le gouvernement Chinois. Cette affaire des transplantations forcées, dénoncée depuis des années principalement par le sénateur Canadien David Kilgour, n'a été reconnue par le gouvernement Chinois qu'en 2008 ...

On peut sans peine imaginer, dans de telles conditions, que le consentement éclairé obtenu par les 17 propriétaires des corps exposés au Centre Madeleine 12, à Paris, est en fait un consentement du gouvernement chinois à tirer parti (financier) de la vente de ces cadavres, dont le (soi-disant) consentement (soi-disant) éclairé ne signifie en réalité pas grand-chose ...

Mentionnons aussi le coût élevé de l'expo : 15 Eur. l'entrée (13,50 Eur. tarif réduit).

Contacts pour la partie demanderesse :
Maître Sédillot, avocat de la partie demanderesse :
02 35 15 95 74 / 06 60 80 41 69

Contacts presse :
- Ensemble contre la peine de mort
Cécile Thimoreau : 06 63 86 14 40
3 rue Paul Vaillant Couturier, 92320 Châtillon-Montrouge,
01 57 63 03 57
(Métro ligne 13, Châtillon-Montrouge)

- Solidarité Chine
Marie Holzman : 06 30 80 92 81 / 01 45 85 23 76