The Low-Coste Innovation Blog welcomes YOU


Welcome to this modest blog I started in early 2005! I'm a Semantic Web Geek and a Web Science Evangelist.

To cure diseases like cancer and cystic fibrosis, we will need to target gene mutations, not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome).
Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


After low-cost airlines (Ryanair, Easyjet ...) comes "low-cost" participatory medicine. Some of my readers have recently christened this long-lasting, clumsy attempt at e-writing of mine "THE LOW-COSTE INNOVATION BLOG".

Jean-Michel Billaut, famous French @nthropologist and Net economy geek : "
There are times when I think there are basically two kinds of people in my country ... A '1.0' Top-Management, frantically clinging to and stuck in the past and in (bio)conservatism... and a '2.0' startup ecosystem... building... building slowly... towards the future..."

Catherine Coste,
MIT certificate in Genomics, a Tim Burton fan (whose films are dealing with death, like this modest Blog -- and sometimes we just hate it!), a Wellywood fan (the new Hollywood)... I come from France (hopefully from that "2.0" part thing) and travel a lot: New-Zealand, Asia (Malaysia, Singapore), UK...

A death and health geek and travel buff of some kind, I love meeting new faces
. My motto:
Go Where You Are Celebrated, Not Where You Are Tolerated.

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs?

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Appel à témoignage - Please share your experience - Teilen Sie Ihre Erfahrungen mit ! Don d'organes - Organ Donation - Organspende :


Appel à témoignage : lettre ouverte aux proches confrontés à la question du don d'organes (lire)

Please share your experience : letter to the attention of next-of-kin of donor-eligible individuals (read)

Im Krankenhaus oder in der Klinik wurden Sie nach dem mutmasslichen Willen Ihres Verwandten gefragt : ob er oder sie sich für Organspende ausgesprochen habe. Bitte teilen Sie Ihre Erfahrung mit ! (lesen)

Avertissement :

Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

ICI LONDRES. LES CHIRURGIENS PARLENT AUX CHIRURGIENS. VIDEO DE JUIN 2013 SUR YOUTUBE : http://youtu.be/peHJg4taa1I

"Télémédecine : les grandes manoeuvres commencent..."

  ==> Lire cette chronique bioéthique sur AgoraVox, journal citoyen en ligne.

Les enjeux de la télémédecine sont des enjeux de santé publique. Exemple d'enjeu de santé publique : la prévention de l'hypertension, du diabète, de l'insuffisance rénale. Les trois facteurs sont liés. En effet, une hypertension conjuguée à du diabète provoque une souffrance des reins, qui peut conduire à une insuffisance rénale sévère, laquelle arrive sans crier gare et conduit ainsi nombre des 15.000 patients en attente de greffe (liste nationale des patients en attente de greffe en France) à se retrouver en attente de rein, sans avoir compris ce qui leur arrive ou presque ... Comment prévenir l'insuffisance rénale ? Comment éviter une dialyse qui coûte cher à la Sécu et qui est très contraignante pour le patient ? Et si la prévention de ces maladies chroniques passait par la télémédecine ? Où en est-elle en France ? Jean-Michel Billaut, spécialiste des technologies numériques, s'est penché sur la question. Elu Personnalité numérique 2010 par l'Acsel (Association de l'économie numérique : http://www.associationeconomienumerique.fr/), fondateur de l'Atelier Numérique BNP Paribas, ancien conseiller Internet auprès de Jacques Chirac (il paraît que cela n'a pas été de la tarte ou piece of cake, comme disent les Anglo-Saxons. A quand vos "Contes de l'Internet" sous format livre papier et/ou 2.0, M'sieur Billaut ?), les difficultés des grandes entreprises à innover, il connaît. Plus d'une grande banque en France n'a pas cru à Apple, ou à Microsoft dès le départ. C'est ce que M. Billaut raconte en de croustillantes anecdotes (lire). Mon mari est cadre dans une grande banque européenne. M. Billaut est un père spirituel pour lui. Les "Contes de l'Internet" de M. Billaut lui ont rappelé une anecdote identique : jeune ingénieur diplômé de l'Université de Technologie (UTC) de Compiègne, mon mari se fait embaucher par un grand groupe bancaire européen. Quelques mois plus tard, un de ses patrons lui dit : "Il y a un type qui vient des USA pour parler d'un concept nouveau, Windows. Bon, sans doute un gadget sans grand intérêt, on a autre chose à faire de plus sérieux, mais si tu veux assister à la réunion, vas-y, ça ne mange pas de pain ..." C'est ainsi que mon mari s'est retrouvé assis à une table de réunion avec une petite dizaine de personnes, dont ... Bill Gates. Les petites structures font preuve de créativité, elles inventent, tandis que les grandes structures reprennent ces inventions et les consolident : c'est l'innovation qui se fait au sein des grands groupes. La télémédecine en France en est-elle au stade de la créativité ou de l'innovation ? Plus concrètement, qu'est-ce que la télémédecine et que permet-elle de réaliser aujourd'hui ?

Boston LifeLabs TeleHealth est une société américaine basée à Boston. Olivier de la Bastide (un Français) en est le CTO (Chief Technology Officer) et Laurent Nicolas (un autre Français) le responsable des ventes en France. Ils sont interviewés par Jean-Michel Billaut :

"Qu'est ce que la télésanté pour Boston Life Labs ? Simple : suivre les paramètres vitaux d'un patient chez lui...  Boston Life Labs a mis au point un hub (qui ressemble à un disque), hub bourré de technologies, et d'une carte SIM. C'est donc comme un téléphone mobile. Il est accompagné de différents matériels (des "devices") : un thermomètre sans fil, un tensiomètre sans fil, un pèse-personne médical sans fil, un oxymètre sans fil, un glucomètre sans fil... Nos amis nous présentent tout ce matériel devant leur webcam... A terme, Boston Life Labs commercialisera une douzaine d'appareils dédiés à la télésanté, pouvant mesurer 15 signes vitaux ..."


Boston Life Labs : vers une e-santé de masse ? from Jean Michel Billaut on Vimeo.

Commentaires et réactions de M. Billaut :

Télésanté, télémédecine est-ce la même chose ?

1/ Le Gouvernement Français, après avoir pris son temps (puisque cela date de M. Douste-Blazy), a mis sur pied le concept de DMP (Dossier Médical Personnalisé)... Le médecin et son patient, chacun avec sa carte Vitale, décident de créer le dossier électronique qui va contenir les données du patient, données récoltées par le ou lesdits médecins. Le tout sur une plateforme gérée par notre aimable Administration ... Je me demande si ce DMP va être compatible avec le flux de données remontées sur le HealthTunes de Boston Life Labs... Y aura-t-il une connexion entre les deux ?
2/ Si j'ai tout compris, la e-santé va être l'affaire des internautes (alors que la télé-médecine serait plutôt l'affaire du corps médical ?) Google Health, Microsoft Vault Health, Patientlikeme, Doctissimo, etc... Comment tout cela va s'articuler avec le DMP Gouvernemental ?
3/ Il y a déjà une bonne dizaine de startups aux USA qui démarrent la commercialisation de devices sans fil de e-santé... Mais en Wifi, non en Bluetooth. Pour utiliser le Wifi, il faut une connexion Internet. Il n'y a que 70% des Français qui ont une connexion IP. Ces foyers disposent donc probablement de Wifi avec leur box dans leur logis. Les 30% restants sont probablement les gens les plus âgés, donc les plus malades (?). Et eux n'ont que la technologie téléphone. D'où l'idée de Boston Life Labs : utiliser le Bluetooth. Mais à terme comment cela va-t-il évoluer entre le Bluetooth et le Wifi ?
4/ Dans le cas de Boston Life Labs, c'est le patient qui décide de s'équiper et qui donne l'accord à son médecin pour consulter son flux de données de santé... Ou alors c'est le médecin qui incite le patient à s'équiper chez lui... Mais là aussi comment cela va-t-il s'articuler avec HealthTunes ? Le médecin acceptera-t-il que le son patient loge ses données de santé chez HealthTunes ? Voilà qui ne va pas plaire à l'intelligentsia médicale de notre pays ...
5/ Les appareils de Boston Life Labs ou similaires seront-ils remboursés par notre Sécurité Sociale ? Sinon ne va-t-on pas vers une médecine de prévention à deux vitesses ?
6/ Nos amis de Boston Life Labs précisent que leur plateforme est pour les patients. Donc pour des gens déjà malades... Mais ne pourrait-on pas aussi utiliser tout cela pour les bien-portants ? Un système non intrusif qui enregsitre automatiquement au jour le jour les données correspondantes au signaux de santé des gens ? Si oui, ce type de prévention serait-il de nature à réduire les coûts de la santé en France ?
7/ J'adore le lapin de notre ami Rafi... et autres trucs m2m... [Pionnier de l'Internet en France et créateur du lapin Nabaztag : Rafi Haladjian. Il a récemment été beaucoup question de ce lapin plus fun qu'utile dans l'émission L'Atelier Numérique sur BFM, la radio de l'économie. Or il semblerait que ce lapin ait fait long feu, Ndlr.]  Mais ne serait-il pas plus utile pour l'ensemble des Français de créer une industrie du m2m de santé ? Xavier Niel ne pourrait-il pas intégrer la tripaille du hub de Boston Life Labs dans sa box Revolution 2.0 ? Notre population vieillit... A terme il n'y aura pas assez de Français valides pour s'occuper des 3ème et 4ème âges... Il serait peut-être judicieux de créer des m2m de santé 2.0 ? Que font nos dinosaures Thalès, Dassault, et autres Safran ? Car le marché est Kolossal...
8/ M. Sarkozy a réformé notre système de retraite en quelques mois... Je le mets au défi de réformer notre système de santé dans le même temps... Car si j'en crois quelques observateurs dignes de foi (les professeurs Philippe Even, Bernard Debré dont j'ai lu les livres un peu explosifs...), notre bazar de santé aurait bien besoin d'un bon coup de peinture. Et d'un bon ravalement en profondeur. De plus, avec mon amputation, j'ai pu observer de près ledit bazar. Des médicaments qui ne servent à rien, voire qui font mourir, des professionnels qui travaillent en silo et refont plusieurs fois les mêmes analyses, des bigs pharma qui offrent des cadeaux aux médecins pour les inciter à recommander telle ou telle mixture, des officines de pharmacie, pas en reste, qui camouflent une partie de leur chiffre d'affaires grâce à des logiciels dits permissifs, des Commissions diverses et variées dans tous les coins, des économistes de santé qui rabâchent les mêmes choses depuis..., des Hautes Autorités exotiques dont les éminents membres n'ont jamais vu le moignon d'un amputé fémoral, un Conseil National de l'Ethique qui interdit aux Français de faire l'analyse de leur génome, blablabla...
9/ Il y aurait encore beaucoup de choses à dire... A force de dire que nous avons le meilleur système de santé du Monde, la meilleure Administration du Monde, les meilleurs chercheurs, ...on ne voit pas pourquoi on améliorerait ces choses, vu qu'on est les meilleurs : au top.
Un système de santé 2.0 en France ? Je n'y crois pas beaucoup, sauf si les internautes prennent leur destin en main... Mais dans ce cas, le risque d'un Hadopi de Santé ne serait pas à exclure ...

Merci à M. Billaut pour cet article magistral. (Source) Article fondateur de l'Atelier Numérique Santé ? ...

3 commentaires:

Catherine a dit…

Source :
http://billaut.typepad.com/jm/2011/01/connaissez-vous-olivier-de-la-bastide-from-boston-et-nicolas-laurent-from-paris-t%C3%A9m%C3%A9decine-les-grand.html

Catherine a dit…

http://servicepersonneetdomicile.over-blog.com/article-4409401.html

Catherine a dit…

Nouvelles technologies aussi dans le dossier du Figaro Magazine du 22 janvier consacré à la télémédecine. La journaliste Martine Betti-Cusso rappelle que cette « technique novatrice » de téléconsultation, téléexpertise, téléassistance entre professionnels de santé, pourrait à terme bouleverser l'organisation des soins. « L'objectif est de répondre à la désertification médicale dans certaines régions (?), d'améliorer le suivi des malades souffrant de maladies chroniques ou de handicaps ». Exemple en neurologie au CHU de Besançon et en cardiologie à Rennes.

La Lettre "Réseau-CHU"
N° 557 - 1 février 2011