The Low-Coste Innovation Blog welcomes YOU


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


After low-cost airlines (Ryanair, Easyjet ...) comes "low-cost" participatory medicine. Some of my readers have recently christened this long-lasting, clumsy attempt at e-writing of mine "THE LOW-COSTE INNOVATION BLOG". My name's Catherine Coste. I've earned myself two MIT digital diplomas: 7.00x and 7QBWx. Instructor: Eric Lander PhD.

My motto: Go Where You Are Celebrated, Not Where You Are Tolerated.

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs?

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Appel à témoignage - Please share your experience - Teilen Sie Ihre Erfahrungen mit ! Don d'organes - Organ Donation - Organspende :


Appel à témoignage : lettre ouverte aux proches confrontés à la question du don d'organes (lire)

Please share your experience : letter to the attention of next-of-kin of donor-eligible individuals (read)

Im Krankenhaus oder in der Klinik wurden Sie nach dem mutmasslichen Willen Ihres Verwandten gefragt : ob er oder sie sich für Organspende ausgesprochen habe. Bitte teilen Sie Ihre Erfahrung mit ! (lesen)

Avertissement :

Merci de ne PAS poster de messages concernant la vente d'un organe et comportant des coordonnées téléphoniques, e-mail, etc. La loi française interdit la vente d'organes.

ICI LONDRES. LES CHIRURGIENS PARLENT AUX CHIRURGIENS. VIDEO DE JUIN 2013 SUR YOUTUBE : http://youtu.be/peHJg4taa1I

Refrain (in)connu


"Avant de changer le monde (les choses), il faut changer soi-même." Luc de Brabandère, co-fondateur du Boston Consulting Group. Voici ce que, pour raisons professionnelles, je médite en direct, à Broadway ...

Antigone 2.0

 Antigone ou Anonymous ? Où il est rappelé que les tragédiens de l'Antiquité jouaient masqués, tout comme les Anonymous, ces acteurs de la rupture ... dont le nom commence par A, peut-être parce qu'ils ne sont autres qu'Antigone ...

En ce moment, une troupe de théâtre composée d'acteurs amateurs joue "Antigone" à Nanterre ... C'est une version "melting pot" d'Antigone, jouant sur des fragments de la célèbre pièce, écrite par différents auteurs ... L'Antigone originelle fut écrite par le tragédien grec Sophocle ... depuis il s'est passé pas mal de choses ... L'Antigone d'Anouilh est l'éternelle résistante dans une France collabo intemporelle ... c'est d'une simplicité biblique ... Il est intéressant de savoir que de prestigieux metteurs en scène français cherchent en ce moment à remonter une "Antigone" ... En ce qui me concerne, je verrais la fin moins tragique ... et la simplicité biblique passer à la trappe ... Henry Bauchau, dans son Antigone (Actes Sud, 1997), propose une rédemption par l'art et la psychologie ... et un lien social qu'il revisite pour le rendre authentique ... Antigone n'est plus seule, elle est accompagnée ... Aujourd'hui, elle irait se raconter sur les réseaux sociaux, avec plus ou moins de bonheur ... qui sait si elle ne déclencherait pas un printemps arabe à elle toute seule ... Si j'étais metteur en scène, j'irais regarder du côté de la "biomédecine" (suggestion bibliographique ici) ... y a beaucoup de matière de ce côté-là ... mais - j'y insiste - je ne vois plus Antigone mourir et mourir seule ... ni vivre seule ...


L’histoire
"Antigone, écrite vers 441 av. JC. raconte l’histoire de la fille d’Œdipe et de son insoumission aux ordres de Créon qui interdisent l’ensevelissement de son frère Polynice mort aux portes de Thèbes dans un combat singulier avec son autre frère Etéocle.  Cette tragédie passe à juste titre pour la meilleure pièce de Sophocle. Elle a traversé les siècles et a inspiré beaucoup d’auteurs par sa force dramatique et par l’héroïsme de son personnage principal qui a eu le courage de dire non à la lâcheté des hommes, à la résignation des femmes et s’est opposé à l’orgueil de son oncle, le roi Créon."
Notes de la mise en scène
"Nous avons lu et étudié plusieurs versions de l’œuvre et créé une pièce qui se déroule comme un kaléidoscope d’images et de textes issus du roman de  H. Bauchau et de plusieurs auteurs dramatiques : Sophocle,  Brecht, Anouilh, Cocteau. Les rôles d’Antigone, d’Ismène et de Créon sont défendus par plusieurs comédiens et comédiennes marquant ainsi l’universalité des personnages par la multiplicité des interprétations. Le chœur, ici, nous sert comme témoin de l’action. Les rôles dramatiques se détachent du chœur pour jouer leur partition et reviennent ensuite former la masse des citoyens de Thèbes." (Source)

L'Appel de Harvard

"Medicine must become an information science" (read more).

En direct de Boston, MA, USA ... La médecine est en train de changer de visage ... sauf que certains n'y ont pas intérêt ... Voilà ce qui se dit aussi bien à la Harvard Med School de Boston qu'en France ... Il y a la médecine Ancien Régime qui se bat pour garder ses privilèges, alors que la médecine Nouveau Régime arrive ... au grand galop ... La première chose que je me dis, confrontée à toutes ces informations, c'est que ce vieux monde et son paternalisme médical craquent ... Ces médecins et institutionnels santé de l'Ancien Régime sont remis en cause, aussi bien ici, aux USA, qu'en France : A quels forums de santé faut-il se fier ?

 

Ce qui est dit à Harvard ?  

"You want a vision for the future of health care? Don’t look to policymakers and regulators. Look to innovators and innovations." (read more)

Pour autant, ici comme en France, le système de santé (mais ne mettons pas tout le monde dans le même sac de suie noire, comme dirait l'ami Yann) n'a pas intérêt (financier) à aller dans le sens de ... ce qu'il faut bien appeler un changement de paradigme majeur ... Mêmes obstacles institutionnels en Gaule et outre-Atlantique, donc ... question de gros sous ... Pour autant, faut-il abandonner tout espoir de voir la médecine se moderniser, le patient être mieux informé et mieux pris en charge, ces lobbies qui tirent la croissance humaine et économique vers le bas ne plus tenir le haut du pavé ? "Non !" Même réponse dans les deux pays. Pourquoi ? Là encore, même analyse. Le temps où la médecine était entièrement aux mains des soignants payés pour cela, des institutionnels et autres politiques législateurs, des conflits d'intérêts top secret (petits arrangements entre amis) est révolu ... Les réseaux sociaux ont montré qu'ils pouvaient faire un bon ménage de printemps ... même si ce ménage prend du temps et ne se fait pas en un jour ... La crise de santé publique est présente en France et aux USA ... Même si l'ampleur des dégâts n'est pas identique dans les deux pays, le problème de fond est le même : l'attelage Ancien Régime va dans le mur, le Titanic va couler ... Notre "insubmersible" système de santé ... eh oui ... c'est bien de lui dont il s'agit ... Combien de temps mettra-t-il à sombrer ? Va-t-on laisser l'histoire se répéter? Non. Des experts venus de divers horizons, notamment ceux des nouvelles technologies, de l'écologie et du développement durable, se penchent sur les problèmes de nos systèmes de santé yankee et gaulois ... cherchent et trouvent des failles, mettent au point des solutions ... et n'hésitent pas à dire au roi (le mandarin, le médecin, le législateur ou autre institutionnel) qu'il est nu(l) ... version yankee, cela donne : "has been" ... Ces experts ont la puissance des réseaux sociaux et des géants de l'informatique pour eux ...

Ce qui autrefois était disséqué en congrès de spécialiste ou à l'Académie de Médecine (et ne sortait pas de ces murs experts, secret médical oblige) est actuellement aux mains d'Apple, de Google, de Toshiba, ou encore d'équipes médicales et chirurgicales réfléchissant à comment faire pour innover ... à Harvard, à Paris, etc. Le "secret médical" se trouve désormais posté en vidéo publique sur You Tube ... Il est bien loin le temps de l'omnipotence des experts arrogants ... gardant jalousement leurs petits secrets ... Lesquels sont étalés aujourd'hui sur Facebook, sur des blogs et forums de santé ... et lus par des ingénieurs biomédicaux du monde entier, possédant une expertise dans le domaine médical et numérique ... Des synergies se mettent en place ... les frontières physiques et autres barrières psychologiques volent en éclat ... A peine revenu d'un symposium à Hong-Kong, M. Jean-Michel Billaut, économiste, Président Fondateur de l'Atelier Numérique BNP Paribas, a filé au congrès HIT à Paris - un congrès sur les systèmes d'information en santé et le monde hospitalier ... Depuis qu'il observe le milieu de la santé, M. Billaut commence à connaître du monde ... et poste ses expertises en ligne (lire) ... Des expertises pointues et ciblées, qui vont fédérer les efforts d'ingénieurs travaillant ou souhaitant travailler dans la santé ... Cela ne serait pas arrivé si M. Billaut n'avait pas perdu une jambe il y a bientôt trois ans de cela ... Auparavant, le domaine de la médecine lui était (quasi) totalement inconnu ... Mais après son amputation il s'est dit que si les outils numériques appropriés (et existants) avaient été mis en place, il aurait pu conserver sa jambe ... A partir de là il a pu constater l'inertie dont font preuve les institutionnels pour que rien ne change ... et que ces outils ne soient pas mis en place ... car cela n'est pas dans leur intérêt. "On n'est pas là pour innover, on est là pour soigner", disent ces mandarins arrogants. "Cela ne marche pas, les gars, j'y ai laissé une jambe", répond M. Billaut ... "Et alors ? C'est pas notre problème, on s'en fout", rétorquent lesdits mandarins arrogants. "Cela va le devenir", dit M. Billaut ... Cela me rappelle un autre dialogue ... Celui-là, entre Steve Jobs, le patron d'Apple décédé l'année dernière, et moi. "Pourquoi m'ont-ils sur-vendu la greffe ?" me demande Steve. "Ben, parce qu'il y a beaucoup d'argent à la clé", ai-je répondu. "Comment se fait-il que les alternatives ne se soient pas développées plus vite ? Il y a la médecine régénératrice, par exemple ..." "Ben, parce que les lobbies installés par les laboratoires pharmaceutiques leaders sur le marché mondial du médicament immunosuppresseur ont fait leur boulot correctement ... et même plus que correctement ...", ai-je répondu ... Au fait, vous saviez que Reed, le fils de Steve Jobs, fait des études de génomique à la fac de médecine de Stanford ? Ce n'est pas un hasard ... Steve voyait bien sa cadette, Eve, travailler à Apple ... Faudra encore attendre quelques années ... Ni M. Billaut ni Steve Jobs ne sont (ou n'ont été) des malades faciles et dociles ... Pourtant avec le recul, d'ici une ou deux décennies, ou plus, on comprendra que sans le concours de telles personnalités (très différentes au demeurant), l'Ancien Régime aurait pu durer encore et encore et encore ... Des gens comme eux arrivent sur les réseaux sociaux ... A mon avis il est illusoire de chercher un de Gaulle de l'e-santé en France ou aux USA ... L'époque ne s'y prête pas ... Les politiciens ne travaillent jamais qu'à leur carrière, qu'ils soient de droite ou de gauche ... En revanche, des personnalités sachant fédérer les talents et l'innovation ... mis en avant sur les réseaux sociaux, ou encore aux Conférences TED (très écoutées dans le monde entier) ...

J'ai parlé d'un "printemps arabe" dans le monde de la santé ... C'est parce qu'il est question de mettre l'usager de la santé au centre du système, et non plus (comme c'est le cas actuellement) l'institution, le "système" ... Pour cela il faut un "printemps arabe" ... pour rétablir la démocratie et instaurer un développement durable dans le domaine de la santé ... Qui est le dinosaure gaulois ayant affirmé que "toutes les civilisations ne se valent pas" ? Va pas tarder à se geler le cul, celui-là (et d'autres avec lui) ...

Coluche, le Yankee Steve Jobs, les Gaulois et le don d'organes


Coluche souhaite interpeller les Français sur le don d’organes : Après les restos du cœur, voici donc : il court il court, le Schmilblick … gaulois.

Ah, M’sieur Coluche, comme vous nous manquez ! De là où vous êtes, on avait envie de vous entendre, une fois encore, pour nous rappeler qu’il est important d’être généreux, mais pas ... pigeon.
  *****               ******              *****
… remarquez, au pays du pinard – en France on a du pinard mais pas d’industrie – on a le temps de causer … Pas de boulons à visser, pas de bagnoles à construire … ou si peu … En France le seul truc qu’on sait faire, c’est vendre des avions, c’est-à-dire que le gouvernement vend les avions invendus (ceux dont le Qatar, la Syrie et la Libye, ou Taïwan n’ont pas voulu) au contribuable gaulois. Ah merde, j'me plante, Taïwan c'était les frégates ... Héhé les Chinetocs y sont contents de revoir Fabius maintenant ... Vont surveiller Taïwan ... que Fafa il leur refasse pas le même coup, des années après ... Bah, l'histoire, elle fait comme moi : elle se répète pas, elle bégaie ... Vous je sais pas, mais moi, cette combine des gros navions nationaux pas à nous qu'on achète avec nos impôts nationaux à nous, j’appelle ça de la vente forcée … Ah y z'y vont pas avec le dos de la cuiller avec nos impôts … Les banques anglaises et américaines font péter la planète tous les 14 mois, nous en France on n’est pas assez forts, avec notre petite bourse parisienne toute rikiki et fripée, pour faire pareil …. par contre, souvent, c’est nous qu’on leur envoie nos meilleurs artificiers : ceux qui vont faire péter la planète à la City … comme ça on peut dire : « Eh !! C’est les roastbeefs, c’est pas nous, hein !!! » … alors qu’en vrai c’est un peu nous quand même … un peu beaucoup, même !! … Arf, on est forts, on est trèèèèès forts, dans le genre perfide Albion qui fait boomerang ! Là on a changé de président. Ah bon, parce que Sarko était président de la république ??? Sans blagues !! J’lai pas vu passer, c’ui-là. Eeeeeh, c’était pas un président, heuuuuhh !! C’était un avocat d’affaires à l’écoute des lobbyistes pas franchement connotés Abbé Pierre … Maintenant, les riches, y vont être taxés à mort, vous me direz … Ben moi je vous dis, pas tous les riches !!! Ceux qu’achètent des vignobles, ceux qu’achètent des villas pour y mettre des croûtes dedans y paient rien !! Nada, zéro ! En France, on n’a pas d’entreprises, mais on a du pinard … Eh … Y a des riches Chinois de Hong-Kong, y ‘z’achètent des vignobles et des villas (avec croûtes) dans nos campagnes … à nous … Vive la mondialisation … Je croyais que tous les tableaux peints par des Français célèbres avaient été vendus aux musées yankees et jaunes … ben c’est pas tout à fait vrai … Y a des croûtes qui reviennent en France, mais leur proprio est jaune … Enfin je dis « croûte » … je devrais dire « tableau de maître » … pas crotte, ah, meeerde, croûte … en France, on n’a pas de petites entreprises mais on a du pinard … Vous en connaissez, vous, des entrepreneurs débrouillards en France ? …. Ouah !!! Quel silence, je suis sur le cul ! J’vous entends plus, là … Ben c’est vrai qu’y s’comptent sur le doigt d’une main … doigt d’honneur … celui que Xavier Niel il a fait à Orange, à SFR et à Bouygues … Z’ont rien vu venir, les cons !!! Alors, récati … récapu … ah merde, tiens ! Récapitulons … des entrepreneurs débrouillards qu'ont réussi en France, y a Xavier Niel … et pis … bah … j’ai beau chercher, j’vois pas … les débrouillards, y’sont barrés à l’étranger, tiens ! Et nous, qu’est-ce qu’on garde ? Ben, les pas débrouillards, c’te bonne blague ! Ceux qui restent y sont pas débrouillards et y veulent tous être fonctionnaires … moi j’appelle ça … des planqués … La France est donc un pays de planqués, de rentiers, et de vieux … Raffarin, Fabius, toute la clique des dinosaures politiques : y font que des lois pour les vieux. Ah bon y a des jeunes en France ? Où ça ??? Dans les banlieues ? Ah oui … mais ceux-là y comptent pour du beur … j’veux dire : y comptent que pour les beurettes … Vivement que les dinosaures politiques se gèlent le cul … comme ça y disparaîtrons, et nous on mettra des beurs frais dans nos épinards … En attendant, qui c’est qui trinque ??

Ben c’est moi, tiens ! J’voulais m’présenter en politique, et mes sketchs disparaissent … Moi mes discours politiques, c’est mes sketchs … et juste avant qu’y disparaissent, j’ai un accident de moto … ça le rend malade, mon vieux pote Michel Denisot, il y pense tous les jours … et moi je trinque ! Allez, encore un p’tit coup … sur la tête … ma tête qui a heurté ce putain de camion, de plein fouet … Mon pote Renaud y trinque souvent avec moi … on trinque de concert … c’est comme ça que je suis sa muse … aux mollets bien poilus et dodus… ce camion quand-même on aurait dit qu’il m’attendait. Pourquoi y z’ont pas pris mes organes ? Y z’étaient pourtant bien conservés par l’alcool … Tenez, prenez le cœur … Rien qu’avec ce cœur et tous les restos qu’y contient … y avait de quoi faire … ça en aurait foutu un coup à la pénurie … Moi je sais pourquoi y z’ont rien pris … c’est parce que je suis "célèbre" qu'y disent … Je sais pas si vous avez remarqué, mais ils font les greffes dans l’autre sens : c’est l’organe pas célèbre qui va au mec célèbre … Regardez le Yankee californien, Steve Jobs : il a eu le foie d’un jeune mort dans un accident de la route – ben comme moi, en gros : moi, un gros jeune de 41 ans … Imaginez qu’on greffe dans l’aut' sens : le foie du Yankee connu va au mec inconnu … C’aurait été marrant de voir ce qu’y s’rait de’vnu, le mec … Peut-être qu’Apple aurait embauché … le foie de Jobs … Peut-être que le foie de Jobs, greffé chez le mec lambda, aurait fait l’iPad 1 … nan, j’me plante, là … le 2… euh … ou alors le 3 … attendez voir… alors, moi, j’me goure toujours  dans les numéros … le 1, il était pas si terrible que ça, finalement … le 2, il est top … si si, il est aaaach’ment bien … moi j’en ai pas, d’iPad (là-haut y a que des "clouds", c'est un truc ça ressemble aux nuages je sais pas trop), mais c’est le bruit qui court … le 3 il est bof bof … et on attend le 4 … donc, mettons que le mec lamda, y nous fasse l’iPad 4 rien qu’avec le foie de Jobs … Les toubibs y sont superstitieux, y’zont peur que ça arrive, alors du coup, y font la greffe dans l’aut' sens … comme ça pas de lézard … pas de rouspétance ... Remarquez, c’est grâce au foie du jeune mec inconnu que Steve Jobs il a fait l’iPad 2 … le meilleur … J’me d’mande c’qu’y f’sait, ce mec, avant d'y passer dans un accident de voiture … Putain de voiture ... Si ça se trouve, c’était un Coluche Yankee, ce mec … Cette foutue mondialisation, ça bousille tous nos repères … C’est quoi, un Coluche Yankee ? Et puis merde !! Causer, ça donne soif …

Tiens, y a un truc marrant, je sais pas si vous connaissez : « aïe ! » en chinetoc, ça veut dire « je t’aime » … Doivent rigoler, les Chinetocs, avec les petits noms d’Apple : iPhone, iPad, iTunes … Le vrai, le seul, l’unique mérite d’Apple, c’est de nous avoir repeint le Kâma-Sûtra en jaune … Dire que ce bouquin porno vient d’un pays musulman … Paraît que les trois premiers pays musulmans se trouvent sur le continent indien. C'est mon prof de géographie qui me l'a dit ... il s'appelle Wiki Pédia ... le susses … l’eusses-tu cru ?  Doivent pas le lire souvent, le Kâma machin, les femmes bâchées, là-bas … Dans ces pays-là, la position sexuelle la plus pratiquée, c’est la maltraitance de la femme … le kâma –foutra … Chez nous, la position sexuelle la plus pratiquée, vous savez ce que c’est ? Héhéhé, bande de malins … c’est le divorce … Comme quoi on a raison quand on dit : « toute les civilisations ne se valent pas », parce que chez nous, y a pas une seule femme qui divorce parce qu’elle s’est fait trop cogner dessus par son mari … ou si y en a une ou deux, c’est qu’elles sont connes … Le délit de faciès, toutes ces conneries … Ça existe chez ces cons de Ricains, mais pas chez nous … Moi je le dis haut et fort : « Toutes les civilisations se valent pas », et ceux qui disent le contraire, ben c’est des putains de menteurs, voilà ! Tiens, y a un truc, je suis sûr que vous connaissez pas … moi j’ai fait connaissance après-coup, en quelque sorte … Dans le genre piège à cons, c’est pas mal non plus … Héhé … Vous savez, le « dondorganne », ce truc qu'on en cause une fois par an, tous les 22 juin … Tiens, c’est bientôt le 22 juin … parlons donc du dondorganne (ben dites donc, c'est dur à dire, surtout quand on a un coup dans le nez) … Moi, j’ai calanché en me fracassant la tête sur ce putain de camion assassin un 19 juin … pile dans les temps … Alors j’ai mon mot à dire : ben les organes d’un mort, ça soigne personne, c’te bonne blague !!! Faut des organes frais, en état de marche … Les bébés, ça naît pas dans les choux … et on fait pas d'omelettes sans casser d’œufs ... Les toubibs y disent rien parce qu’ils ont peur de nous choquer … Nous choquer … C’est y pas mignon !! Euuuhh l'autre, le foutage de gueule !! Depuis le temps que les toubibs y nous expliquent que les donneurs d'organes sont morts et archi morts, y vont pas venir nous dire le contraire maintenant ! Y z'auraient l'air malins! ... Et puis ... avec ces "laboratoires pharmaceutiques" qui vendent leurs médicaments que les malades greffés doivent prendre à vie, faut pas décourager les bonnes volontés … y en a, du pognon, à la clé ... « Euuuh, Docteur, vous êtes sûr qu’il est mort ? » … Là, on n’est pas dans la meeeeeeeeeeeeeeeeeerde ! Le don de rein de son vivant ? C'est quoi, ce truc ??? On va quand-même pas prendre les organes des vivants, des fois qu’y reviennent se plaindre après l’opération. Un mort, ça parle pas … Sauf moi … moi j’suis un mort tard … meeerde, un motard … bavard … Alors du coup, y a des toubibs bisounours pour s’entendre avec des labos barracudas : y disent que les organes sont prélevés après la mort … sauf que c’est pendant … Bon enfin, moi ce que j’en dis … J’ai l’air malin … à vous parler pognon, de là-haut … de toute façon c’est les toubibs qui décident de dire quand on est mort, c’est pas nous, eeehhh … Chez nous on est efficaces pour tous ces problèmes de "conscience", tous ces machins-choses-là avec quoi c’est qu’on s’torture les méninges : égalité, ça veut dire qu’on coupe les jambes de tout le monde pour que tout le monde y puisse courir à la même vitesse … C'est pas beau, ça ? et ça marche dans tous les domaines : justice, santé, éducation … Vous savez quoi ? Eeeeeh meeeeeeeeeerde, ça marche pas … Eh ben moi, j' suis pour le don de rein de son vivant ... voilà ... comme ça c'est dit ... Et pis j’vous l’avais bien dit : la bonne longueur, c’est quand les pieds touchent terre … La mort, le sexe, les pieds, tout ça c’est même combat … et c’est encore une question de pognon … N’oubliez pas : la bonne longueur, c’est quand les pieds touchent terre … Ben de là-haut, j’peux vous l’dire : hé bé y a du boulot !!!

La Mayo Clinic, ce n'est pas l'hôpital public gaulois (AP-HP)

OU L'ON APPREND QUE L'ESTABLISHMENT MÉDICAL GAULOIS A PEUR DE PERDRE SON POUVOIR EN PLAÇANT LE PATIENT AU CENTRE DU PARCOURS DE SOINS. IL NE LE FAIT DONC PAS ET TROUVE TOUTES SORTES D'EXCUSES (BIDON) POUR NE PAS LE FAIRE. OR LES "DIGITAL NATIVES" ARRIVENT AUSSI CHEZ LES TOUBIBS ET ILS VONT RÉVOLUTIONNER TOUT CELA (quand ??) ... Résultat des courses : la Mayo Clinic, antre du capitalisme honni, est plus démocratique que l'hôpital public gaulois ...



Dimanche après-midi, j'ai écouté "Check-up santé" sur BFM, la radio de l'économie. Il y était question de télémédecine, c'est-à-dire des systèmes d'information en santé ... On y a appris que la télémédecine, c'était pour les médecins, chirurgiens et radiologues, mais pas pour les patients. Ah bon, je croyais que le patient était pourtant au centre du parcours de soins ... Eh bien non, c'est la maladie gérée par des spécialistes travaillant en cloisonné qui est au centre de tout ... D'où le bazar dans les hôpitaux gaulois, où le degré d'organisation a été évalué comme suit par le CMMI : Capability Maturity Model Integration (CMMI: http://www.sei.cmu.edu/cmmi) : degré zéro. Hem ... embarrassant ... On a donc des médecins très bien formés, d'un haut niveau de technicité, mais on en est au degré zéro d'organisation en ce qui concerne l'ensemble du parcours de soins ... Le degré zéro d'organisation est l'héroïsme : un individu ou héros porte un problème à bout de bras, dans un contexte de désorganisation ou non organisation ... et parvient à le résoudre (par exemple, il sauve la vie de quelqu'un contre toute attente). Beaucoup de médecins se voient en héros (cow boy solitaire) ... et en sont fiers ... (ou désespérés ...) L'héroïsme correspond pourtant au degré zéro dans l'échelle CMMI d'organisation ... Ce n'est pas avec un degré zéro qu'on va avoir une écurie de Formule 1 gagnante ... pourtant c'est ainsi que l'hôpital (et ses plateaux techniques coûteux et performants) devrait être organisé, de nos jours : en écurie de F1 ... Au lieu de cela, on a des soignants façon "pauvres cow-boys solitaires" portant le "système" à bout de bras (ou fatigués de se battre, donc en "burn out") ... Mais tout cela n'était pas dit dans "Check-up Santé". On y pratiquait allégrement la langue de bois ... Je ne vous félicite pas, à "Check-up santé" ... Tout va bien, la télémédecine se met en place ... voilà ce qui était affirmé, proclamé sur un ton fier, ferme et formel  ... Bref, cela ronronnait gentiment ... tournoiement des mots, creux comme une coquille vide ... Quelqu'un n'y connaissant rien (le Candide usager de la santé) aurait cru ce discours institutionnel honnête ... et vertueux ... lui aurait donné le bon Dieu sans confession ... La vérité est tout autre ... Les médecins libéraux rechignent à laisser entrer les outils du numérique dans le parcours de soins ... Ils argumentent qu'il n'y a pas de modèle financier pérenne ... certes, mais ce n'est pas le fruit du hasard, c'est voulu par la majorité des soignants libéraux ... Pas de modèle financier pérenne ... Quand on veut noyer son chien, on l'accuse d'avoir la rage ... La vérité est que les médecins gaulois voient, pour beaucoup d'entre eux, l'arrivée des systèmes d'information en santé, et autres "devices" d'e-santé et de télémédecine, comme une perte de pouvoir ... Évidemment, ils ne veulent pas céder le pouvoir ... La vérité est que le patient n'est pas au cœur du parcours de soins ... c'est le corporatisme médical gaulois qui a pris la place du patient, depuis (trop) longtemps ... Voilà la notion que l'on a du service public en France ... et de la démocratie - toute relative, puisque le patient n'est pas au centre du parcours de soins ...

Passons aux USA ... La détestée et honnie Mayo Clinic (les Gaulois y voient l'antre d'un capitalisme cornu comme les mauvais anges) a mis au point une "appli" pour iPhone et iPad gratuite, accessible au patient ... et centrée sur les besoins du patient (et non sur ceux des toubibs). Comment appeler cela ? Démocratie ? Service public ? ...

"Imaginez un établissement hospitalier dont une initiative médicale et digitale d’ampleur soit entièrement tournée autour du patient, et de l’expérience de ce dernier au moment et par-delà son hospitalisation. Imaginez une structure hospitalière initiant un projet de développement d’application pour smartphones et tablettes permettant au patient non seulement de se repérer et trouver son chemin au sein de ses dédales de couloirs , mais aussi d’organiser ses rendez-vous avec les praticiens, de mieux connaître l’équipe médicale, d’accéder à ses résultats d’analyse ou encore à de la documentation clinique destinée à mieux lui expliquer sa pathologie, ses implications, son suivi. Imaginez même que cette application le renseigne sur les différents protocoles d’essais cliniques en cours. En clair, imaginez un outil personnalisé pour le patient, afin de lui rendre la vie plus facile et d’améliorer sa prise en charge tout au long de son parcours de soins dans un des centres hospitaliers bénéficiant d’un tel programme. Cette idée, ce projet, c’est celui de l’incontournable Mayo Clinic, aux Etats Unis. L’application s’appelle tout simplement 'Patient', et est pour le moment disponible sur iPhone et iPad. Sa sortie a également fait l’objet d’une vidéo de présentation, en anglais, forcément, et non dénuée d’humour. A quand un projet similaire pour l’APHP ?" (Source).

La preuve est donc que la technique est là. Les outils techniques sont là. Le savoir-faire est là. Le besoin est là. Mais l'establishment médical gaulois est-il prêt  à placer (enfin) le patient au centre du parcours de soins ? Il ne cesse de le clamer ... Les faits sont pourtant là : L'ESTABLISHMENT MÉDICAL GAULOIS A PEUR DE PERDRE SON POUVOIR EN PLAÇANT LE PATIENT AU CENTRE DU PARCOURS DE SOINS. IL NE LE FAIT DONC PAS ET TROUVE TOUTES SORTES D'EXCUSES (BIDON) POUR NE PAS LE FAIRE. OR LES "DIGITAL NATIVES" ARRIVENT AUSSI CHEZ LES TOUBIBS ET ILS VONT RÉVOLUTIONNER TOUT CELA ...

Health 2.0 Inc. - Santé 2.0 SARL

Où l'on découvre qu'il existe des correspondances entre les acteurs de l'innovation en santé en France et aux USA ...

"Notre système de santé dysfonctionne. Les médecins sont capables de déployer des traitements extraordinaires (et onéreux), mais ils perdent de vue ce qui est au cœur de leur métier : soigner les gens. C’est en chirurgien et écrivain qu’Atul Gawande nous amène à prendre du recul afin de trouver d’autres solutions, plus performantes, de pratiquer la médecine, avec moins de cowboys solitaires et davantage d’écuries de Formule 1. Chirurgien et professeur de médecine à Harvard le jour, journaliste pionnier dans le domaine de la santé publique la nuit, Atul Gawande montre comment les médecins et chirurgiens peuvent améliorer la pratique de leur métier de manière spectaculaire (moins de complications, moins de décès) ne serait-ce qu’en utilisant un outil aussi simple qu’une liste de vérification ou check-list. Rendre des systèmes opérationnels, voilà le vrai, le seul, l’unique défi que doit relever la génération de médecins, chirurgiens et scientifiques à laquelle j’appartiens. Mais j’irais encore plus loin en disant que rendre des systèmes opérationnels, que ce soit dans le domaine de la santé, de l’éducation, du changement climatique, ou pour sortir de la pauvreté, c’est la tâche qui incombe à chacun d’entre nous, c’est même la marque de fabrique de notre génération." Atul Gawande. En avril 2012, il est venu exposer ses idées aux Conférences TED, connues dans le monde entier ...

==> Pour la version française de cette conférence TED, c'est ici (Document PDF, 7 pages, 584 Ko).
Pour la version anglo-saxonne, publiée par Atul Gawande dans le New Yorker, c'est ici.
Pour le discours TED en V.O. (avril 2012), c'est ici.


Jean-Michel Billaut est économiste, président fondateur de l'Atelier Numérique BNP Paribas. Il fédère les acteurs francophones de l'économie du numérique dans le monde entier (la photo ci-contre indique qu'il se trouve en ce moment à Hong-Kong). Sur son blog, le Billautshow, il interview depuis des années, au quotidien, des acteurs innovants qui démarrent leur entreprise, en s'appuyant sur l'économie du numérique. Cela va bientôt faire trois ans que M. Billaut s'est retrouvé amputé d'une jambe ... Depuis il analyse l'organisation de notre système de santé ... et constate à quel point les acteurs de la santé fonctionnent en silos ne communiquant pas entre eux, ou trop rarement, sans s'appuyer sur les outils numériques performants pourtant existants. Cela a pour effet de tirer la croissance humaine et économique vers le bas. Atul Gawande ne dit pas autre chose ... c'est-à-dire qu'il parvient au même constat ... Voici la présentation intitulée "Futur 2.0", dont M. Billaut est l'auteur, et qui est actuellement étudiée à Harvard ... Il m'a semblé important de tisser des e-liens entre ces deux hommes ... pour tirer la croissance humaine et économique tant aux USA qu'en France vers le haut ...

A la Harvard Medical School de Boston

Voilà, j'ai préparé ma petite présentation pour la Harvard Medical School de Boston ... Merci à M. Jean-Michel Billaut pour son aide ...

A vrai dire il suffit de reprendre ses arguments écrits en gaulois et de les traduire en british ... De quoi est-ce que nous allons causer, à Harvard ? Ben, des obstacles à l'innovation dans le domaine de la médecine et de la chirurgie ... Vaste programme ... Et du travail de désinformation effectué par des lobbies payés pour représenter certains intérêts financiers ... La promotion (ou pub) qui en résulte est relayée dans la presse grand public sous le nom d'information ... Résultat : les gens se croient informés ... alors que bien souvent, ils sont surtout désinformés ... ou informés de manière inadéquate, car partielle ou trop superficielle (raccourcis journalistiques contreproductifs car déformant les faits) ... L'innovation est bloquée par le travail efficace de ces lobbies, souvent implantés dans la société depuis plusieurs décennies, parfois populaires - comme France ADOT -, mais ce n'est là qu'un exemple parmi tant d'autres, car ce phénomène est valable pour la population américaine comme pour la population française, entre autres ... On fait croire à la population que l'innovation pose des problèmes d'éthique, alors que c'est justement le manque d'innovation qui est inéthique ... Le diagnostic des médecins de Harvard sur l'organisation de notre système de santé en silos ne communiquant pas entre eux ? Peut et doit mieux faire ...  Il ne s'agit pas d'une réunion entre universitaires geignards ... restant confits dans leur cénacle ... Nous préparons des projets très grand public et assez sympas ma foi, à l'échelle internationale ...

Je vous laisse, j'ai un avion à prendre ...

Future 2.0 ?

A Presentation by Jean-Michel Billaut, the founder of Atelier Numerique BNP Paribas and author of "French worldwide 2.0 business community" federating blog Billautshow (http://billaut.typepad.com/jm). Recently, Mr. Billaut and I came up with a project: a "cloud-based" Health iLab (Atelier e-santé).

Future 2.0? generations, myths, beliefs, religions, philosophies, technology and its use, added value and its distribution... by Homo Sapiens.

This presentation has been held at the Paris offices of  L'Oreal, in April 2012. It explains major shifts of paradigm happening right here and right now in medicine, business, economy, communication. Genomics and digital care combine for healthcare ... The global digital economy is getting in gear, reorganizing our entire economic system ... Open source technologies, wireless medicine, robotics ... Let's take a look at the facts ... How to survive and thrive?  Be on the lookout for information, as "the general who wins a battle is the best informed" (Sun Tzu, "The Art of War").Futur 2.0 loreal english final2
View more presentations from Jean Billaut

"The Big Bang Theory"

En hommage à ma série TV favorite ... Le prochain générique parlera du séquençage du génome (la génomique) ... Un génotsunami qui se prépare ... Big Bang, demandent certains ? Bug Bang, répondent nos aimables comités bioconservateurs gaulois, chargés de légiférer en matière de biomédecine. A mon avis, ce sont des dinosaures, ces comités ... vont se geler le cul et vont pas tarder à disparaître, comme dans la chanson ci-dessous ...



"Our whole universe was in a hot dense state, Then nearly fourteen billion years ago expansion started. Wait... The Earth began to cool, The autotrophs began to drool, Neanderthals developed tools, We built a wall (we built the pyramids), Math, science, history, unraveling the mysteries, That all started with the big bang! 'Since the dawn of man' is really not that long, As every galaxy was formed in less time than it takes to sing this song. A fraction of a second and the elements were made. The bipeds stood up straight, The dinosaurs all met their fate, They tried to leap but they were late And they all died (they froze their asses off) The oceans and pangea See ya, wouldn't wanna be ya Set in motion by the same big bang! It all started with the big BANG! It's expanding ever outward but one day It will cause the stars to go the other way, Collapsing ever inward, we won't be here, we won't be hurt Our best and brightest figure that it'll make an even bigger bang! Australopithecus would really have been sick of us Debating out while here they're catching deer (we're catching viruses) Religion or astronomy, Encarta, Deuteronomy It all started with the big bang! Music and mythology, Einstein and astrology It all started with the big bang! It all started with the big BANG!" (Source)



Politique 2.0

Il fut un temps où le citoyen se trouvait fort démuni devant les abus de l'autorité institutionnelle ... que cela vienne d'officiers de police, de juges, de médecins hospitaliers, d'enseignants, ou simplement de sa municipalité ... C'était à l'époque de la politique 1.0 ... Les temps ont changé, voici venir l'ère de la politique 2.0 ... Ce New Yorkais s'est retrouvé avec une amende de 50 USD pour ne pas rouler à vélo sur la piste cyclable. Il a fait une vidéo pour démontrer que rouler sur la piste cyclable à NY est juste dangereux ...

Votre biographie numérique avec Phoemya

Eh bien j'avais rencontré l'équipe de Phoemya au salon de la mort au printemps 2011 (Carrousel du Louvre, Paris) ... et avais été séduite par le graphisme et les fonctionnalités de ce livre numérique ... en tant que scénariste aux USA (Tim Burton etc.) ... Je n'avais tout simplement encore jamais vu un outil pareil ... Y a de la magie là-dedans ... Faut que je réfléchisse à l'usage que je vais pouvoir en faire ... quelques idées, déjà ... A mon avis, on n'a pas fini d'entendre parler de Phoemya ... Merci à Nicolas Deleglise pour son passage sur le Billautshow, et à Jean-Michel Billaut pour l'interview ...



 Un logiciel sécurisé, "compagnon du souvenir"

Vous pouvez réaliser votre biographie numérique avec des photos, vidéos et autres documents et récits ...à votre rythme, et sans passer par l'Internet ... Phoemya commercialise un logiciel "compagnon du souvenir". Sécurité des informations, transmission ciblée mais pas partagée en ligne en temps réel, voilà ce que ce logiciel permet de réaliser. Il est commercialisé sous la forme d'une clé USB attachée à un médaillon ... J'adore les bijoux numériques de ce type ! Vous branchez la clé sur votre ordinateur et c'est parti ! Vous pouvez commencer à raconter votre histoire, à l'abri de l’œil de Moscou (Internet) ... Le logiciel Phoemya est disponible en deux versions : 49 EUR, ou 89 EUR pour la version Prestige, qui correspond à un forfait illimité en téléphonie : on peut mettre autant de vidéos et de photos et autres documents que l'on veut ... Les gens âgés, qui ne disposent pas d'une foule de photos ou de vidéos de leur jeune temps, peuvent se filmer, pour raconter leur passé ... au présent ... à l'aide d'une caméra ... et intégrer ces vidéos dans la partie récit de leur bio numérique ... Ce logiciel est commercialisé pour les versions PC ... mais la version pour Mac est en cours de préparation ... donc pas encore dispo ...

Une biographie papier est finie (terminée à un instant T). Une biographie numérique est infinie : elle n'est jamais terminée, sauf quand le destin en décide autrement, si j'ai tout compris ...

Voilà le principe de ce logiciel ... Le livre électronique se génère et régénère en temps réel, au fur et à mesure que vous y ajouter des infos ... Tous les papiers éparpillés que vous avez chez vous peuvent être stockés dans ce livre électronique qui va les centraliser ... Vous pouvez ainsi scanner vos carnets scolaires de votre jeune temps, votre diplôme de bac ... Vos petits-enfants découvriront que vous étiez, de votre temps de collégien, bavard, rêveur, assidu ou moins assidu ... voilà qui va sacrément vous rapprocher d'eux ... et les faire bien rigoler ... Moi par exemple, je voudrais scanner le document correspondant à la publication des bans de (mon) mariage à la mairie du XVème arrondissement de Paris, lequel document stipulait, à la rubrique métier, que mon mari est "Fondé de Pouvoir" dans une banque multinationale, tandis que je suis "Étudiante" ... Je trouve cela très drôle ... Imprimer cette bio numérique en livre papier n'est pas encore possible, mais l'équipe de Phoemya y travaille ... Il a fallu cinq années de travail pour développer ce logiciel "compagnon du souvenir", encore unique en son genre. Chapeau bas ... Moi j'ai eu un coup de foudre pour ce produit, et ... déjà une petite idée de ce que je vais demander au Père Noël 2012 ... Pour l'instant ce logiciel marche avec ordinateurs et tablets ... mais par la suite il s'adaptera au tout mobile (SmartPhones) ...  

"Cloud" et biographie numérique

Nicolas précise que pour l'instant, l'Internet n'est pas utilisé pour la création de ces biographies numériques, mais que par la suite, le Cloud sera utilisé pour que les différents rédacteurs de biographie numérique puissent interagir ... Voilà qui m'intéresse beaucoup ... car aujourd'hui les scénaristes travaillent en réseau ... Y a même des congrès dédiés à ces réseaux de scénaristes à Las Vegas, Hong-Kong, aussi au Canada sans doute (faudra que je demande à l'ami Martin Winckler) ... Donc cette idée d'interagir en réseau est d'actualité, en tout cas pour les grandes productions du cinéma américain et indien et asiatique ... Pour ce qui est de la France, je ne suis pas trop au courant des mœurs des scénaristes ...  Chaque rédacteur de biographie numérique pourra envoyer des données de sa bio dans un "cloud" (sécurisé), afin de partager certains éléments de sa bio avec sa famille, ses amis, ses collègues, etc. Mais pour réaliser ce projet, Phoemya est encore à la recherche de partenaires ... Avis aux (bons) amateurs ... j'ai bien dit "bons", car chez Phoemya, y sont trop forts !!

Docteur Knock 2.0

Où l'on apprend que les "mandarins 1.0" existent encore en France, et qu'ils ne veulent pas lâcher leur pouvoir. Knock Knock, Who's There?

J'envoie rarement les mises à jour de mon blog et autre Newsletter aux médecins et institutionnels de la santé (une fois tous les trois ans, dans ces eaux-là), car je reçois à 90% des insultes ou du mépris en échange. Typiquement, on me téléphone ou on m'écrit en me disant que mon blog est "bordélique, pas renseigné, pas objectif, et que c'est une honte" ...

Comme me disent certains et certaines en France : je dérange ...

Mon vrai métier est scénariste aux USA. J'écris (avec mon équipe de co-scénaristes) pour Tim Burton, et un "musical" qui doit passer à Broadway dans deux ans paraît-il ... Je ne fais évidemment pas part de mon vrai métier aux mandarins 1.0 arrogants (si si, ils existent encore), car je ne récolterais que du mépris et autres moqueries. Je me suis déjà entendue dire : "Ouh la menteuse, ce n'est pas possible que vous, vous ayez été en contact avec Steve Jobs !" Désolée de vous contredire, mais si ... Quand je dis que je parle couramment anglais, allemand, et un peu de chinois mandarin, des chirurgiens (donc bac +15 minimum) me disent, sur un ton définitif et cassant : "Ce n'est pas possible". Ben si ... Une partie de ma famille vit en Malaisie (communauté chinoise). Les nièces de mon frère ont respectivement 16 et 18 ans, elles parlent couramment l'anglais, le malais, le mandarin et le cantonais ... sans compter qu'elles écrivent couramment le mandarin - chose peu aisée et dont je ne puis me vanter, en ce qui me concerne la route est encore longue. Tout cela à 16 ans ... Faut que nos Mandarins 1.0 se réveillent ...

Je n'ai que très peu de temps à passer sur mon blog, vu mon métier très prenant. Mais je m'y efforce, car suis choquée de l'arrogance de nombre de médecins et chirurgiens et autres soignants en France ... qui sont littéralement rétifs à l'innovation et qui pensent que la France (qui fait 3 pour cent de la population mondiale) est au centre du monde et a des leçons à donner partout, sur tout et à chaque instant .... Ceci dit, nous autres les Gaulois, nous avons les mandarins (et les journalistes) que nous méritons ... Il est intéressant de constater que l'urgentiste Patrick Pelloux ne daigne presque jamais me répondre quand je lui écris (projet de documentaire ou film grand public sur l'innovation en santé), mais à Harvard, le célèbre chirurgien Atul Gawande me répond dans les deux jours ... et sa charmante "Research Assistant" Ami Karlage le jour même ... Je salue au passage la performance de ce courageux chirurgien Sans Peur et Sans Reproche qui, pour gagner en visibilité (plateaux TV) n'a pas hésité (paraît-il ...) à passer dans le lit d'une certaine Madame Ministre ... quel dévouement à la Cause ;-)

Je ne me mets pas au centre de tout cela : c'est simplement la preuve que des mandarins 1.0 ("has been") ne veulent pas lâcher leurs prérogatives ... donc leur pouvoir ...Mais que tous ces braves gens le veuillent ou non, nous sommes à l'ère du 2.0 ... et non plus du 1.0 ... Nous, c'est le monde ... avec ou sans les 3% de population mondiale que représentent les Gaulois ... Perso, je préférerais avec ... A mon avis, certains empereurs 1.0 vont se faire renverser par des barbares 2.0 ... mais bon, moi, ce que j'en dis ...

Notre Dossier Médical Personnel dans le Cloud ?

L'autre jour je vous parlais du "nuage" pour y loger les radiographies des patients (lire) ... Et je découvre que M. Jean-Michel Billaut, spécialiste de l'économie du numérique et s'intéressant par la force des choses au numérique dans la santé (il s'est retrouvé amputé d'une jambe il y aura bientôt trois ans), s'envole ce soir pour Hong-Kong, afin de participer au XIIIème Symposium d'Acome ... Acome est un fabricant français de câble ou fibre optique ... laquelle sert pour l'Internet à très haut débit ... celui qui nous fait encore défaut en France ... Acome est "le seul qui nous reste dans le domaine de la fibre optique... Tous les deux ans, il emmène un groupe de Français loin de leur base, pour un séminaire de haut de gamme avec une pincée de tourisme ...", dixit Jean-Michel ... Avant de prendre l'avion, il a pu poster sur son blog l'interview de l'ami Sylvain Ordureau, de la société Useful Progress ... Basée à Paris Descartes (faculté de médecine de Paris V), cette entreprise privée innove dans le domaine de l'imagerie médicale 3D ...



400 chercheurs travaillent à l'INSERM en France, il y a aussi les étudiants et professeurs de médecine. Tout ce "petit" monde est intéressé par ce que permet de faire la société Useful Progress ... qui a certes démarré à Pais, mais a pris son envol financier en Californie ... faute de capital riskers jouant leur rôle en France ... Oublié le cadavre "écorché vif" qui ne sent pas très bon et n'est pas franchement un spectacle réjouissant pour la vue non plus (je crois que l'odorat est ce qui est le plus marquant, et je sais de quoi je cause) mais qui fut toujours et était jusqu'à tout récemment un parcours obligé dans la vie de carabin ... Sylvain permet aux étudiants en médecine et en chirurgie de faire de la dissection virtuelle ... Désormais il est question de "se former à l'anatomie numérique" ... La distribution de cette imagerie innovante est basée à Seattle, Washington, USA (Microsoft Inc. y a son siège) ... Une société qui s'appelle Vizua 3D assure donc la diffusion de ces outils numériques pour apprendre l'anatomie ... Ce que permet Vizua ? Chacun peut disposer de ses examens de radiologie à distance ... Useful Progress a assuré la partie Recherches et Développement de ces outils ; Vizua assure leur vente, y compris à des usagers de la santé comme vous et moi, qui vont à l'hôpital, en clinique ou en centre d'imagerie médicale pour passer des examens style radio, IRM, doppler, etc. Donc pas seulement à des médecins ou autres personnels de santé ... Quelques hôpitaux parisiens sont clients de Vizua, et réalisent de ce fait de substantielles économies en matière d'archivage d'imagerie médicale patients ... Le patient qui accède à son compte Vizua peut visualiser ses examens, les partager avec un correspondant (un radiologue par exemple), recourir à une seconde lecture (avoir un deuxième avis), etc. C'est une sorte de Facebook sécurisé de la santé, dixit Sylvain ... Aux USA, la charte HIPAA créée par Obama permet de sécuriser les données médicales pour que les assurances ne puissent pas s'en servir au détriment des patients ... et leur refuser des prêts ou autres remboursements ... L'hôpital paie 300 USD par mois pour accéder à Vizua. Les données patients (imagerie médicale) sont envoyées à Vizua par l'hôpital. Ce modèle d'archivage est adapté aux coûts des petits hôpitaux, dit Sylvain ... tandis que l'archivage classique, moins fiable, serait plus onéreux ... Les économies réalisées en matière d'archivage permettent à ces hôpitaux d'acheter du nouveau matériel ou d'embaucher plus de soignants ... Un examen de radiologie, c'est 20 Mégaoctets ... La radio est donc légère à archiver en mode numérique chez Vizua ... Les scanners (avec un cœur qui bat, cela peut monter jusqu'à 3 Go) et IRM (700 Mo) sont des images en coupe, cela pèse plus lourd ... Il faut pousser toutes ces données sur un Cloud, et non plus les graver sur un CD ROM que personne ne lit ... Le Cloud de Vizua se trouve à Toronto aujourd'hui ... Le patient clique sur son iPhone, son PC ou sa tablet (genre iPad) en étant connecté à Vizua et télécharge ses examens de manière très rapide ... Le transport de la donnée est compressé, mais pas la donnée elle-même. L'image n'est donc pas dégradée ... Les examens sont donc stockés dans le cloud à Toronto ... ce qui est renvoyé, c'est juste une visualisation non déformée de l'examen ... Aux USA, 100 millions de scanners sont effectués chaque année ... En France il est difficile d'obtenir un scanner, qui n'est pourtant pas un examen très compliqué, dit Sylvain ... Je croyais qu'on faisait trop de scanners ? A mon avis il y a une très forte inégalité entre les régions de France à ce sujet ... Mes parents sur Nice et Monaco n'ont aucun problème ... En revanche, dans des villes moins bien loties ...

400 millions d'Euros (!!!!) ont été dépensés par l’État pour le Dossier Médical Personnel (DMP) informatisé (ou numérique) ... Or ce DMP n'est toujours pas prêt ... Nos amis, lassés d'attendre le feu vert des institutionnels (le ministère de la santé, l'ASIP Santé), se sont trouvés un "cloud" au Canada ... alors que les données santé concernant les patients français sont supposées ne pas sortir du territoire gaulois ... Personnellement, je trouve cela très croustillant. A chaque fois que je rencontre Sylvain, c'est que du bonheur : il débite du croustillant au kilomètre carré ... Des anecdotes comme celle-ci, il en a à la pelle ... Les blocages institutionnels gaulois, coûteux (pour le contribuable) et contreproductifs, il connaît par cœur ... Pour autant, il arrive à faire avancer et prospérer sa boîte. Chapeau bas ... Il faut avouer que je préfère avoir en face de moi de beaux Sylvain vivant en 2.0 à Mach 2, plutôt que de vieux députés (médecins ou non) 1.0 (has been) faisant teuf-teuf ... Les premiers sont follement sexy ; pas les seconds ...

Le Cloud va pouvoir être rapatrié en France, dès que le contexte légal et financier y sera plus favorable (appel du pied au CNOM ou Conseil de l'Ordre des Médecins) ... Sylvain rappelle que l'imagerie Vizua 3D ne constitue pas un DMP privé ... car le DMP devra contenir l'ensemble des données santé d'un patient ... et pas seulement les examens d'imagerie médicale ... Sylvain compare Vizua 3D à un Dropbox ... permettant de lier l'examen de radiologie médicale à son compte-rendu ... ce qui est tout de même bien pratique ... Plus de CD ROM d'un côté et compte-rendu papier de l'autre ... Tout est téléchargé par le patient ou le soignant en un seul tenant ... Qui paie pour ce Dropbox de l'imagerie médicale ? Le radiologue, le patient, et bientôt les mutuelles de santé (les assureurs) ... Des discussions sont en cours ... Le gouvernement italien veut son "cloud" santé sur Vérone ... la ville de Roméo et Juliette ... Aujourd'hui, Vizua ne compte que peu de clients français : des cardiologues, ostéopathes ... Vizua permet au médecin comme au radiologue d'être à égalité face à un examen ... Le radiologue est le garant du diagnostic, car c'est lui qui a accès à la machine permettant l'imagerie ... Dans ce système dit "1.0" (fonctionnement en mode hiérarchique), le médecin n'est pas à égalité avec le radiologue ... Il n'est pas rare d'entendre des médecins dire qu'ils ne se fient pas au diagnostic du radiologue et veulent faire le leur ... Vizua va leur simplifier la tâche puisque cet outil 2.0 (partage de l'information) met tout le monde à égalité face au résultat de l'examen : radiologue, médecin, patient ... Sylvain nous parle des guéguerres connues entre radiologues et cardiologues, etc. Les cardiologues veulent les mêmes machines que les radiologues, or le budget de l'hôpital ne permet pas de payer les mêmes machines coûteuses des deux côtés ... Vizua va mettre tout le monde d'accord ... Avant Vizua, le patient n'avait pas forcément accès à son examen, et surtout, il ne pouvait pas l'envoyer à qui il voulait, ni requérir une seconde opinion ... Fini le patient passif ; il devient actif dans son parcours de santé ... y compris lorsqu'il y a de l'imagerie médicale à la clé ... Les patients partagent leurs données avec d'autres radiologues ... Sylvain nous annonce fièrement que sa société va s'occuper du portail de santé de Microsoft, Health Vault ... Il a déjà reçu une LOI (letter of intent, l'équivalent de la promesse de vente dans l'immobilier) de la part du géant de l'informatique, qui confirme cela ... Pour le moment, cela reste sur le marché américain ... Le marché français n'intéresse pas les Américains car il est plus petit que le plus petit des États américains ...

J'espère que Meltingdoc (le Facebook des médecins et chirurgiens) et Vizua vont interagir ... De plus en plus de PDF, PPT, vidéos vont être annexées à des examens ... On a donc besoin à la fois du Dropbox et du Facebook médical ... Serious game en médecine, séquençage du génome, convergence informatique et biologie, numérique et nanomédecine ... Sylvain suit tout cela, il fourmille de projets ... Pas sûr que tout cela convienne aux Mandarins 1.0 qui travaillent en silo (si si, ils existent encore), Sylvain met les pieds dans le plat ... La question n'est pas de savoir si les silos vont s'ouvrir et si l'info (donc le pouvoir) vont être partagés, car cela se fera. La question est plutôt de savoir quand ... Ce printemps arabe de la médecine doit être mené de manière intelligente, rigoureuse, solidaire et factuelle ... Même l'Ordre des Médecins en a conscience ... J'ai hâte de voir le Dr. Jacques Lucas, vice Président du Conseil de l'Ordre des Médecins au salon HIT Paris 2012 qui va ouvrir ses portes dans quelques jours ... Et je remercie le Dr. Dominique Dupagne, auteur du forum médical Atoute.org, pour ses encouragements au sujet de ce modeste blog ... Merci à Jean-Michel et à Sylvain pour cette interview passionnante ...

Les urgences santé et autres dossiers chauds "santé et numérique" en France selon Sylvain : Quelles sont les formes d'obésité dangereuses, ou inoffensives ? Aujourd'hui le génotypage de l'obésité n'existe pas ... Avec un scanner il est pourtant possible de le faire, ce génotypage ... un examen relativement simple et peu coûteux, qui ferait réaliser aux hôpitaux des économies phénoménales ... Les IRM vont bientôt être utilisées dans les cours de justice, du moins aux USA ... pour voir si les accusés ne mentent pas ... utilisation peu idoine selon Sylvain ... Va-t-on y échapper en France ? Sarko avait refusé cette utilisation peu fondée de l'IRM au tribunal ... Que dira le nouveau Président de la République ?

一路平安 yī lù píng ān


L'atelier e-santé, au service des PME innovantes

C'est donc parti pour New-York (fichier son d'une petite chanson que je dédie à Isabelle, pour fêter cela) et la Harvard Medical School de Boston ... Puis il y aura la Grande-Bretagne, la Californie et l'Asie ... Tout cela jusqu'en février 2013 ...

L'Atelier e-santé va voyager ... Intervenir comme lobby à Bruxelles pour imposer une décision CEE (par le haut) aux Gaulois a peu de chances de marcher ... On croit plus en la coopération informelle de pays à pays ... le Danemark pour l'organisation participative de tout le système "2.0" de santé qui marche très bien là-bas (l'e-santé comme médecine participative, avec le décloisonnement et la concertation de tous les acteurs du parcours de soins aigus et longue durée), et l'Allemagne pour le modèle économique d'e-santé ... Ce sont de bonnes pistes ... Des start-up commencent à investiguer le domaine des systèmes d'information en santé, les médecins et chirurgiens créent leur plateforme dédiée, notre Dossier Médical Personnel (DMP) électronique va bientôt être dans le "Cloud". Avec la plateforme entrepatients.net, personnels de santé et usagers de la santé vont se retrouver sur une plateforme collaborative ... Ce sont tous ces petits acteurs flexibles et innovants qui vont porter le marché ... Ils vont même aller faire un tour du côté de la Chine : dans l'émission "Chine Hebdo", sur BFM, le 12/05/2012, on a appris que les petites entreprises innovantes sont invitées pour un "Great China French Tech Tour" du 14 au 21 septembre 2012 ... Pour vous inscrire, c'est par ici : http://frenchtechtourchina.ubifrance-events.com/
Il est vrai que des entreprises chinoises innovantes vont venir créer leur "cluster" en France, à Châteauroux. En contrepartie, il est normal que certaines de nos PME s'investissent en Chine pour y récolter les fruits de la croissance ... Tous les moyens sont bons pour amener de la croissance en France (elle y est nulle cette année) ...

Côté État gaulois, on assiste, encore et toujours, à un empilement (coûteux et contreproductif) de commissions gouvernementales qui ne servent pas à grand-chose et surtout pas à ce pour quoi elles sont payées : organiser le système de santé sur un mode participatif ou collaboratif ... Jean-Michel Billaut (Billautshow) est un expert de l'économie du numérique. Il s'intéresse au projet Déméter de Toshiba  ... Il s'agit d'une plateforme d'e-santé ... Son avis sur la numérisation de la santé en France :

"Il semble que cela bouge dans le milieu médical ... Ce qui augure peut-être à terme d'une réorganisation profonde de l'ensemble du système de santé à la sauce 2.0 ? Reste à savoir si c'est l’État qui va le faire, ou des startups ... De toute façon, cela me paraît illusoire de faire un plan d'ensemble genre plan calcul ... Cela va se faire, mais par petit bouts et de façon qui peut paraître désordonnée à nos hauts fonctionnaires. Depuis 2 ou 3 mois, les startups que j'e-inteviewe me font part de leur projet visiophonique. La visiophonie commencerait-elle à rentrer dans nos gènes ?" (Billautshow, mai 2012)

Une petite remarque au passage : l'interprétation suuublime de Rubby (The Voice France) d'Empire State of Mind a eu les suffrages de Louis Bertignac, mais pas des autres coachs ... Si un seul  sur les quatre s'est retourné en entendant chanter Rubby ... well, I don't stand a chance!

 

Un "nuage" pour y loger les radiographies des patients

Les données médicales appartiennent aux patients, pas aux acteurs professionnels et institutionnels du monde de la santé, ni à l'Ordre des Médecins ou des Pharmaciens ou des Infirmières ... Petite illustration concrète de ces vérités : "Les USA commencent à loger dans le cloud les radiographies des patients ... Ce sont les patients qui décident de ce qu'ils en font" (Jean Michel Billaut).

Image Share est un projet impliquant cinq centre hospitalo-universitaires américains : l'université de Californie, San Francisco ; l'université de Chicago ; la Mayo Clinic à Rochester, dans le Minnesota.; l'université du Maryland à College Park ; et le Mount Sinai Medical Center situé dans la ville de New York.

L'idée du projet est de stocker les données en imagerie médicale et en radiologie dans un dossier médical personnel électronique, disponible sur l'Internet ... Une fois l'information figurant dans son e-dossier médical personnel, le patient peut en disposer comme il l'entend, c'est lui qui contrôle l'envoi et la distribution de ses données de santé. Il accède à son dossier en ligne grâce à des codes d'accès. Il peut alors visionner les documents, les télécharger. Il peut envoyer ces informations aux équipes médicales qui le suivent, grâce à un lien inséré dans un e-mail ... C'est la communication et le partage de l'information en temps réel ...

"The central idea of the project revolves around the storing of images and radiology reports in an internet-based personal health record, explained David S. Mendelson, MD, chief of clinical informatics at Mount Sinai and principal investigator of the Image Share project. Once the information is in the personal health record, the patient has full control over distribution, with immediate image viewing and download available by signing into one’s personal health record or through email links which can be sent to physicians." (Source).

Notre Dossier Médical Personnel ou DMP électronique, en cours d'élaboration en France, sera aussi dans le cloud ... C'est ce que m'avait confié le vice-président du Conseil National de l'Ordre des Médecins, le Dr. Jacques Lucas, en octobre 2011 ... A suivre ...

Lire sur ce sujet :

Une e-rose pour Catrine

Mon amie Catrine (mon mari la connaissait depuis 25 ans) nous a quittés ... la veille de ses 54 ans. Son enterrement mouvementé a eu lieu mercredi 26/10/2011 (lire) ... Gros coup de déprime le samedi précédant son anniversaire ... Dans la nuit, après trop de médicaments et d'alcool, elle est tombée, a heurté un meuble avec sa tête et est décédée d'une hémorragie, seule chez elle ... Pendant ce temps, mon mari et moi, on était à un concert de rock donné par des amis ... Les collègues de Catrine ne la voyant pas arriver le lundi matin ont prévenu les pompiers, qui, à leur tour, ont dû prévenir la police ... Une mort accidentelle ...

Catrine, puisqu'Eric est tombé au cimetière en s'ouvrant le genou, nous n'avons pas pu aller déposer des fleurs sur ta tombe lors de la cérémonie de l'enterrement de l'urne (nous étions retenus aux urgences, plus de 4 heures). J'aurais choisi des roses rouges ... Alors en voici une spéciale pour toi, tu sais bien que je t'en chante et que je t'en écris régulièrement ... Pour celle-ci, je te préviens, mieux vaut te boucher les oreilles... J'ai choisi sur Internet une version karaoké de la chanson de Bette Middler, "The Rose", qu'ils ont passé lors de la cérémonie de la crémation ... Ta mère a demandé qu'est ce que c'était que cette chanson, elle ne la connaissait pas (clin d’œil) ...

Si cela peut te faire rire une petite seconde ... d'où tu es ... Voilà, c'est mon e-rose pour toi ... Je t'en enverrai d'autres, promis, car tu nous manques ... Tu m'aidais à accoucher de mes scénarios, avec ton langage direct, parfois "coup de pied au cul" ... Ton frère a pris la relève ... C'est mon doc'scénar favori ... Il m'aide (caprice du moment) à retrouver une "seconde jeunesse", merci à toi, Magic Olive ;-)

MeltingDoc : les chirurgiens ont leur Facebook

Où l'on voit que la santé gagnerait à s'organiser en 2.0 sur bien des tableaux ... La preuve en vidéo ...



Les chirurgiens travaillent en réseau. Deux chirurgiens de l'Institut Gustave Roussy ont créé MeltingDoc, la plateforme numérique permettant aux chirurgiens de partager l'information en temps réel ...

Le Dr. Benjamin Sarfati, chirurgien (chirurgie reconstructrice après cancer) parle du besoin de lever l'anonymat entre médecins ... "Aujourd'hui, quand deux collègues veulent se concerter, ils sont obligés de consulter les Pages Jaunes ..." Or les chirurgiens et médecins ont besoin de s'adresser entre eux des patients complexes, du savoir spécialisé, le tout dans un contexte à haut niveau de spécialisation et à l'ère du tout numérique et du tout mobile, de la connexion internet permanente,  mais aussi avec le devoir de respecter le secret médical ... Les Pages Jaunes ne sont donc plus à la page, pour un métier ou le besoin de réseau est criant ... Ce projet de plateforme a été pensé par des médecins et chirurgiens, pour leurs pairs. En France, il y a 250.000 médecins en activité, toutes spécialités confondues. Pour eux, la plateforme est gratuite, comme Facebook l'est pour nous ... Démarrée il y a deux mois, la plateforme MeltingDoc compte déjà 600 inscrits. Les fonctionnalités de cette plateforme sont similaires à celles de Facebook mais uniquement pour les aspects de la vie professionnelle. Les fonctionnalités "vie privée" ont été gommées ... L'info ne peut être récupérée par des sociétés de marketing ou par le grand public. "Pourquoi n'avons-nous pas eu l'idée avant ?", se disent tous les toubibs, et même le Conseil National de l'Ordre des Médecins - merci au Vice-Président du CNOM, le Dr. Jacques Lucas, pour son soutien ... Le secret médical, le code de déontologie médicale sont respectés sur ce site ...

Les médecins sont très sollicités par les "labos", et veulent pouvoir se concerter entre eux, experts de la santé, sans que le marketing santé s'en mêle ... Cette plateforme le permet ... Il n'existe aucune concurrence, mais cette plateforme couvre un besoin de plus en plus urgent ... Les Docteurs Tout Seul mettent leur carrière et leurs patients en danger ... Ils ont besoin d'échanger des documents entre eux afin de se concerter (images, son, vidéos, PDF, PPT, etc.), soit dans des groupes privés (dont les membres sont choisis), soit dans des groupes ouverts à tous les inscrits qui sont soit médecins, soit chirurgiens, soit internes (étudiants en médecine) ... Il existe bien des sociétés savantes, mais celles-ci ne sont pas encore à l'ère du partage de l'information (le mode dit "2.0") ... Elles ne font que publier en ligne de l'information (le mode dit "1.0") ... Sur ce Facebook professionnel, les toubibs et autres "chirs" vont pouvoir créer leurs événements, lancer des sujets de discussion, créer leurs actus, et même s'inscrire aux espaces réservés aux entreprises "partenaires", celles qui vont payer pour bénéficier de l'échange avec ces professionnels de santé ... L'autre mode de financement de ce Facebook pour toubibs sera les bannières publicitaires ... mais elles resteront contrôlées par les créateurs de la plateforme, afin de protéger les usagers de ce Facebook médical ... Autre service proposé : le "personal branding" : chaque médecin usager de MeltingDoc pourra créer sa page professionnelle ou "page publique", sous forme de mini-site internet, qui sera référencé sur Google ... Idéal pour gagner en visibilité auprès des patients et potentiels patients ... Jusqu'à présent, peu de médecins et chirurgiens s'intéressaient à leur image sur Google (manque de temps, d'intérêt). Tapez le nom d'un chirurgien français connu (ou moins connu) dans Google, et je vous promets des surprises ... L'image Google de ces as du bistouri n'est pas toujours très cohérente sur Google ... Ce coup de pouce sous forme de personal branding sur mesure est donc le bienvenu ... cela va même devenir un incontournable de la profession ...

La plateforme est géolocalisée, c'est-à-dire que chaque toubib voit quels sont les confrères qui travaillent près de lui ... Benjamin espère atteindre les 5.000 membres inscrits d'ici un an. La visiophonie va bientôt être disponible sur le Facebook des toubibs ... Sans être mauvaise langue, je dirais bien qu'il était temps ... Une version anglaise de ce site sortira d'ici un mois ou deux ... car Benjamin et ses collègues croisent des confrères de toutes nationalités au cours de congrès médicaux et chirurgicaux ... Ils veulent garder le contact avec eux ... Une levée de fonds pour le développement de cette plateforme créée de manière indépendante est prévue pour bientôt, Benjamin peaufine le business plan ... Avis aux capital riskers ...  

A tous les personnels de santé et aux usagers de la santé internautes : merci de "liker" MeltingDoc sur Facebook ... et de les suivre sur Twitter ...

"Santé, Nature, Innovation" : un blog qui interpelle


Ce blog se penche sur la question du don d'organes dit "post-mortem" ... Apparemment cet article a fait du bruit ... Il s'intitule : "Avant de donner ses organes, lire ceci" ... Ben oui ... Fallait bien un jour qu'on en parle, de cette polémique. Le consentement présumé de nos organes vitaux à notre mort est inscrit dans la loi, donc faire une démarche pour signaler qu'on consent à donner ses organes n'a aucune valeur légale en France ... Ce n'est pas le cas dans d'autres pays (lire) ... On sait que depuis début mai 2012, Facebook (FB) va permettre à ses utilisateurs ressortissants de pays "à consentement exprès" (c'est-à-dire des pays pour lesquels le consentement présumé au don d'organes n'est pas inscrit dans la loi ; exemples : USA, GB, Suisse, Allemagne, Canada, etc.) de se manifester sur leur page ou Wall FB comme volontaires pour le don d'organes (don de rein de son vivant, don d'organes dit "post-mortem") ... Voilà qui va booster l'intérêt des citoyens 2.0 pour la question ... Apparemment il y en a qui creusent déjà l'affaire, vu l'article cité plus haut ...

Il faut rappeler que la "mort encéphalique" permet le prélèvement des organes vitaux sur une personne se trouvant en coma dépassé ... Le donneur d'organes dit "mort" est souvent anesthésié au préalable de cette opération, car un coma dépassé n'équivaut pas strictement à la mort ... Ben oui, les gens commencent à le découvrir, et à partager l'info ... Il était temps ... A mon avis les gens vont émettre des réserves sur le don dit "post-mortem" (ou pas) ; en revanche, dans le don de rein de son vivant, on va voir des applications intéressantes, à mon avis cela va cartonner (vidéo) ... Bon enfin, moi, ce que j'en dis ... A chacun de faire son choix ... A bon citoyen informé, salut ...

France, jus d'orange et privilèges

"Shaken not stirred", insiste l'Agent Secret britannique lorsqu'il s'agit pour un barman de préparer son cocktail favori ... Pourquoi ? Techniquement, ce n'est pas simple, mais on peut résumer l'affaire en disant que James montre une griffe bien à lui, à la fois puriste et iconoclaste, rien qu'en prononçant ces trois mots ... Où l'on découvre que le jus d'orange Élyséen est "stirred, not shaken" ... tout comme ce Martini traditionnel que Bond refuse ...

Hier je vous parlais de ces particularités françaises pour l'ISF (Impôt Sur la Fortune) : si vous investissez dans les start-up, vous êtes taxé indépendamment du rendement desdites start-up, alors que si vous avez des vignobles ou des tableaux de maître, vous ne payez rien, pas un copeck d'ISF (lire) ... En France, on n'a pas de croissance économique, mais on a du bon pinard ... Je ne sais pas si vous avez entendu cette journaliste parler de l'étiquette à l’Élysée, à la télé hier soir ... Elle expliquait qu'une fois elle poireautait en attendant notre Président (sortant), lorsque tout à coup entre un serviteur dans la salle, muni d'une cuiller ... Il a touillé vigoureusement le jus d'orange, pour le faire mousser et faire remonter la pulpe à la surface, et il est sorti ... Moins d'une minute après est arrivé Sarkozy, qui sans se douter de quoi que ce soit, a bu son jus de fruit ... D'après la journaliste, c'est l'étiquette de l’Élysée, quel que soit le Président en place ... Ces privilèges ont été voulus par les Français, vous et moi ... Le président sortant va trouver le jus d'orange moins bon, sans savoir pourquoi au juste, une fois qu'il ne sera plus à l’Élysée ... tandis que celui entrant va le trouver meilleur qu'ailleurs, sans savoir pourquoi ... Normal, c'est l’Élysée ... Normal ?

Arrêtons-nous un moment sur les titres universitaires et honorifiques et leur usage dans différents pays. Lorsque je travaillais à Intuitive Surgical Europe, il fallait s'adresser différemment à un Professeur en médecine ... selon le pays. En France, si j'avais un doute, je disais "Professeur" au lieu de "Docteur", pour être certaine de ne rétrograder personne (et ne pas froisser les sensibilités et autres egos). Tout le monde était content : le Docteur de se voir bombarder Professeur avec un enthousiasme sincère et de bon aloi ; ma société parce que tout à coup ledit Docteur devenait plus aimable. Le parfait win-win ... En France, le titre universitaire ou le nom d'école d'ingénieur ne figure jamais sur une carte de visite. Seule compte la hiérarchie. Les titres professionnels sont donc décernés en France afin de permettre de repérer où se situe une personne donnée sur l'échelle de la hiérarchie, indépendamment de ses mérites. Un "Président" gaulois peut avoir des diplômes de plus ou moins grande école, ou avoir bénéficié de son réseau plus que de ses compétences et/ou ses diplômes pour arriver à son poste, etc. Peu importe. Sa carte de visite ne retient qu'une seule chose : il est Président. Grand chef. Les banques multinationales d'origine française, par exemple, sont peuplées de manière non négligeable d’Énarques ou autres Centraliens (ou autres très hautes écoles de l'administration) dont l'ultime but était d'arriver à faire ces écoles. Leur carrière s'est achevée alors qu'ils n'avaient pas 25 ans ... Installés (grâce à leur réseau, une fois leur diplôme en poche) dans un poste d'encadrement au sein de ces banques, ils ... lisent le journal en attendant la retraite ... Je force un peu le trait, mais à peine ... En Allemagne, il en va tout autrement. C'est la précision chirurgicale qui prévaut pour les titres professionnels, et la carte de visite de votre interlocuteur mentionnera très précisément l'intitulé de son diplôme et le lieu d'obtention dudit diplôme ... Au pays de Goethe, un toubib peut donc s'appeler : Stud. med., cand. med., Dr. med., Privatdozent, Prof. Dr. med., Promotionsordnungen der medizinischen Fakultäten ...

A Intuitive Surgical Europe, je me faisais hacher menu par mon boss et déméritais au regard de mon interlocuteur si je n'employais pas le titre exact de mes interlocuteurs médecins, chirurgiens et ingénieurs biomédicaux ... Ils me regardaient comme s'ils étaient face à quelqu'un qui écorche leur nom avec insistance ... En Italie, si vous avez fait un cursus technologique vous conférant de solides connaissances dans un domaine technique particulier (traitement des eaux, turbines, pétrole, etc.), on vous appellera Ingenieure dans la vie de tous les jours ... Et cela ne date pas d'hier ... Vous trouvez ces appellations dans la "Montagne Magique" de l'écrivain allemand Thomas Mann (roman de 1924) ... Mon frère est parti aux USA et en Malaisie avec un BTS de chimie en poche ... Il est à présent Ingenieure aux yeux des Italiens et des Américains, car il en a largement l'expérience, faisant partie du Comité de Direction de sa multinationale américaine depuis des années ... Mais pour les Français, il reste simple technicien ... peu importe le travail acharné accompli depuis 20 ans, au Mexique, aux USA, en Asie, parfois dans des conditions extrêmes, avec la barrière de la langue pendant un certain temps, etc. Ce n'est pas un vrai ingénieur ... ce qui compte pour nous autres les Gaulois, c'est l'endroit de l'échelle socio-professionnelle où vous avez le droit de vous situer en fonction de votre diplôme et de votre réseau professionnel (celui de mon frère est chinois et américain ; pas français) ... En France, peu importe votre potentiel, ce qui compte c'est ... votre réseau et vos diplômes ... refrain connu ... Figurez-vous que je me suis retrouvée à travailler pour des chirurgiens européens et américains avec pour tout diplôme un Bac + 5 de littérature allemande ... La blague favorite des chirurgiens bossant à Intuitive était : "Eh les gars, regardez qui ils ont embauché pour aller parler du pontage coronarien à cœur battant aux prospects dans les congrès allemands ! Une prof d'allemand qui a fait son mémoire de fac sur "La Mort à Venise" (de l'écrivain Thomas Mann, dont il a déjà été question ici) ... "Ben justement, c'est de circonstance ...", rétorquais-je pour tenter de donner le change ... Impossible en France, où une telle reconversion professionnelle (façon virage en épingle) est totalement improbable ... car basée sur le potentiel ...

The French Touch: Definitely NOT "shaken, not stirred" ...

Remue-t-on le jus d'orange du Président de la République en se fondant sur son potentiel ? Seul compte le privilège, ainsi en a-t-on décidé nous autres les Gaulois ... Si j'étais une James Bond Girl, je dirais que ce n'est pas sexy ... Allez, à tantôt tout le monde ! ;-)

Atul Gawande (Harvard) : "Comment pouvons-nous soigner la médecine ?"

Ou l'on apprend que le vaste domaine de la santé devrait être un écosystème et non un ensemble de silos fonctionnant chacun en vase clos ... mais que pour changer les choses, il y a loin de la coupe aux lèvres ... Du coup aux States, c'est Harvard qui s'y colle ... Et en France ? Euh ... Dépitée, l'auteure de ce blog finit par chanter, sur l'air bien connu d'Adèle, "Never mind, Pelloux, I'll find someone like you ..."

"Notre système de santé dysfonctionne. Les médecins sont capables de déployer des traitements extraordinaires (et onéreux), mais ils perdent de vue ce qui est au cœur de leur métier : soigner les gens. C’est en chirurgien et écrivain qu’Atul Gawande nous amène à prendre du recul afin de trouver d’autres solutions, plus performantes, de pratiquer la médecine, avec moins de cowboys solitaires et davantage d’écuries de Formule 1. Chirurgien le jour, journaliste pionnier dans le domaine de la santé publique la nuit, Atul Gawande montre comment les médecins et chirurgiens peuvent améliorer la pratique de leur métier de manière spectaculaire (moins de complications, moins de décès) ne serait-ce qu’en utilisant un outil aussi simple qu’une liste de vérification ou check-list. Rendre des systèmes opérationnels, voilà le vrai, le seul, l’unique défi que doit relever la génération de médecins, chirurgiens et scientifiques à laquelle j’appartiens. Mais j’irais encore plus loin en disant que rendre des systèmes opérationnels, que ce soit dans le domaine de la santé, de l’éducation, du changement climatique, ou pour sortir de la pauvreté, c’est la tâche qui incombe à chacun d’entre nous, c’est même la marque de fabrique de notre génération." Atul Gawande.

=>  Pour la version française de cette conférence TED, c'est ici (Document PDF, 7 pages, 584 Ko).
Pour la version anglo-saxonne, publiée par Atul Gawande dans le New Yorker, c'est ici.

 

Ami Karlage, Research Assistant to Atul Gawande: "You are correct that penicillin was discovered in the late 1920s; however, it was not mass produced and available for treatment in hospitals and for use by physicians until World War II.  Therefore, in 1937, the vast majority of doctors were still without penicillin as a means of treatment." Traduction : "Vous avez raison lorsque vous faites remarquer que la pénicilline a été découverte à la fin des années 20. Cependant, il a fallu attendre la Deuxième Guerre mondiale pour qu'elle soit produite à échelle industrielle et rendue disponible pour prescription hospitalière. En 1937, à de rares exceptions près, les médecins ne disposaient donc pas encore de cet arsenal thérapeutique pour traiter leurs malades ..." Merci à Ami pour sa réponse ... Je note au passage un truc amusant : lorsque j'écris à Patrick Pelloux sur Facebook, je n'ai presque jamais de réponse ... Mais la Research Assistant du chirurgien le plus célèbre de la Harvard Medical School me répond le jour même ... c'est moi qui suis en retard pour intégrer sa réponse dans ce "Post" ... au temps pour moi ;-)  L'ami Pelloux va me répondre qu'il n'a pas de Research Assistant ... Mais il a Facebook ...

Je me suis "amusée" à recueillir l'avis de médecins et chirurgiens sur cette conférence ... Pas simple ... "La difficulté, qui fait que les gens résistent, est qu’il faut accepter un fait très dérangeant : rien dans le système de santé n’est organisé, orchestré. Il faut faire de ce système une valeur, et non plus une "non-valeur". Autrement dit, il faut changer ses valeurs. Au lieu de l’audace, il faut avoir de l’humilité. Au lieu de l’individualisme, la discipline. Au lieu de l’autonomie, l’esprit de groupe. Toute l’histoire de la médecine nous a enseigné des valeurs opposées." Cela nous rappelle l'histoire de la mortalité importante en milieu hospitalier tant que les soignants ne comprenaient pas l'importance de se laver les mains ... ils allaient de la salle de dissection à la salle d'accouchement sans se laver les mains ... Pour changer de comportement (se laver les mains), il faut admettre que l'on est faillible, que l'on peut faire une erreur, pis : que l'on a fait des erreurs ... qu'il faut corriger en se lavant les mains ... Il s'agit donc, avec cette histoire de "check-list" d'un obstacle culturel, tout comme le problème de l'hygiène des mains chez les soignants d'autrefois (et d'aujourd'hui encore un tout petit peu malgré tout) ... Pour admettre la nécessité d'une check-list, il faut reconnaître que l'on est faillible ... L'obstacle est donc d'ordre structurel, puisqu'il s'agit de remettre en question toutes les valeurs d'un système en difficulté, voire en faillite. Il n'est pas conjoncturel ... D'ailleurs Gawande évoque ce sujet délicat dans un de ses bestsellers : "Better" ... Il y raconte qu'un génie de l'époque, essayant d'expliquer cela aux médecins de son temps, fut jugé par la postérité comme visionnaire ... mais peu diplomate, ce qui a retardé d'autant l'acceptation par les soignants de ces règles d'hygiène fondamentales qu'ils avaient négligé, causant ainsi la mort de nombreuses femmes en couches ... C'est là où Gawande est habile : il n'incrimine jamais ses collègues ; il se met dans le même sac ... ou la même galère ...

A lire du même auteur : "The Checklist Manifesto" et "Complications" ...

Je me demande s'il existe de ces check-lists comme décrites par Gawande dans les blocs opératoires de France et de Navarre ... je suppose que oui ? Combien les utilisent ? Y a-t-il eu une étude là-dessus ? ... Guy Vallancien, l'urologue, en a parlé en son temps, je sais qu'il y en a à l'Institut Mutualiste Montsouris en urologie (Paris 14ème) ... mais ailleurs ? ... Il me semblerait intéressant que des journalistes et sociologues se penchent sur la question ... Ce texte excellent d'Atul Gawande décrit les fondamentaux du bloc. Ce raisonnement s'applique partout mais la pratique des check-lists n'est pas répandue, elle tient à la personnalité du pilote - le Pr. Guy Vallancien (Montsouris) qui a pris sa retraite récemment en a été un bon ... Résultat : par manque d'organisation, taux d'infection, mortalité per-et post-opératoires sont amplifiées ... amputations qui auraient pu être évitées ... Ce que dit Gawande de Harvard aux USA est valable en France : "Nous avons utilisé cette check-list dans huit hôpitaux du monde entier, dont la diversité intentionnelle allait de la Tanzanie rurale à l’Université de Washington à Seattle. Dans tous ces hôpitaux utilisant notre check-list, les complications ont diminué de 35%. Quant au taux de mortalité, il a chuté de 47%. Tous ces hôpitaux, cela signifie : chacun d’entre eux. Notre check-list a fait mieux qu’un blockbuster de l’industrie du médicament." Elle a aussi coûté bien moins cher ... Et pourtant ...

Pour convaincre, il y a du boulot ... c'est douleur ... et question douleur, Adèle (enfin, sur ce fichier son, ce n'est pas elle, c'est moi ...) chante très bien la chose (moi pas), avec "Someone like you" ... Petite chanson que je dédie à mes dragons de l'innovation ...


NB : il pleuvait déjà avant que je ne me mette à chanter ...