Precision Medicine will need to get out of the pharma silo that is based on symptoms


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


After low-cost airlines (Ryanair, Easyjet ...) comes "low-cost" participatory medicine. Some of my readers have recently christened this long-lasting, clumsy attempt at e-writing of mine "THE LOW-COSTE INNOVATION BLOG". I am an
early adopter of scientific MOOCs. My name's Catherine Coste. I've earned myself four MIT digital diplomas: 7.00x, 7.28x1, 7.28.x2 and 7QBWx. Instructor of 7.00x: Eric Lander PhD.

Upcoming books: Airpocalypse, a medical thriller (action taking place in Beijing) 2017; Jesus CRISPR Superstar, a sci-fi -- French title: La Passion du CRISPR (2018).

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs?

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


"Le prix de l'invention qui fait d'abord rire, puis réfléchir"

L'anti-Prix Nobel décerné à Harvard récompense des vrais chercheurs, qui ont effectué de vrais travaux de recherche. Leur invention ou découverte semble loufoque, mais fait réfléchir."

 

"Décernés jeudi à la 22e cérémonie de l'Université Harvard, ces prix alternatifs nommés les Ig Nobels sont accordés à de vrais chercheurs pour leurs travaux loufoques. Il s'agit d'honorer 'l'invention qui d'abord fait rire puis réfléchir'. Présentation du palmarès 2012. Eh bien figurez-vous qu'un saumon mort présente une activité cérébrale : lire

 

"Dans la catégorie des neurosciences, le prix revient aux Américains Craig Bennett, Abigail Baird, Michael Miller et George Wolford qui ont étudié des scanners cérébraux ... d'un saumon mort. Les neuroscientifiques ont ainsi démontré qu'en utilisant des appareils complexes et des statistiques simples, on peut encore détecter une activité cérébrale même si le poisson est mort." (Source

 

"No brain, no pain ?" - Pas de cerveau, pas de douleur ?

 

Comme quoi le concept scientifique de "mort encéphalique", sur lequel repose entièrement le système du don d'organes dit "post-mortem" (rien que cela !) est un brin flou ... Des médecins m'ont affirmé que hormis le cas d'un cerveau réduit à l'état d'une véritable bouillie, on n'est jamais sûr de sa destruction totale ... voilà qui devrait nous faire réfléchir dans le cas du don d'organes dit "post-mortem" ... Je ne crois pas que tous les "donneurs" aient un cerveau réduit à l'état de bouillie ... Ooopsy daisy baby ... je vais encore déranger un business bien établi ... celui des transplantations d'organes ... C'est que, voyez-vous, ce blog est à l'image dudit "Ig Nobel" : il est loufoque dans un premier temps, puis ... dérange. Si le saumon donneur d'organes n'est pas tout à fait mort, faudrait peut-être parler au grand public (saumon) de la question de son anesthésie ? Hilarant, n'est-il pas ?

 

Réaction du professeur Louis Puybasset, Anesthésiste-réanimateur, dirige le service Neuroréanimation chirurgicale à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière, à Paris, et donc très impliqué dans les diagnostics de "mort encéphalique" : "Arrgh celle-là, si je pouvais la ..."

 



"Les Japonais Kazutaka Kurihara et Koji Tsukada ont décroché l'anti-prix Nobel de l'acoustique avec leur 'anti-bavard' (speechjammer). L'appareil qui ressemble à un pistolet laser de science-fiction, est capable d'enregistrer la voix d'une personne et la projeter ensuite avec un léger décalage dans le temps. La personne est ainsi perturbée et perd ses mots car elle n'arrive plus à réfléchir." (Source)

Aux USA, où le consentement présumé au don de ses organes n'est pas inscrit dans la loi, les réseaux sociaux tentent de faire exploser le don d'organes - FB en tête (lire). Au moins les gens vont réfléchir à la question ... se poser des vraies questions ... d'un autre côté on va induire des comportements de pression sociétale qui risquent de blesser des familles endeuillées ... qu'en pensez-vous ?

Pour rappel : le consentement présumé est inscrit dans la loi en France. On est tous présumés consentir au don de nos organes à notre décès. C'est la loi ... Donc, FB ou pas ... Docteur Martin Winckler : "Le consentement présumé est, à mon avis, proprement scandaleux". Bah de toute façon y a pas d'information ... que de la promotion. Croyez-vous que les gens aient entendu parler des "prélèvements à cœur arrêté" ? Appellation ô combien rassurante, pour des réalités un brin différentes ...  Promotion = information, et les gens y croient. On peut toujours causer, rien n'y fait. Le système est bien verrouillé ... J'ai demandé à la mission Léonetti (fin de vie) sous Sarko à pouvoir aller dans un service de réa ... en vain. On m'a dit et redit que je ne suis personne (ni médecin ni patient), j'ai juste été jetée de côté, encore et encore ... Louis Puybasset (Pitié Salpêtrière, Paris) m'a reçue en 2005 pendant 4 heures ... 4 heures d'engueulades et de paternalisme médical : "Vous savez que je peux vous faire virer ?" ou encore : "Je n'ai aucune envie que vous veniez fouiner dans mon service". Me faire virer d'où??? Je travaille pas dans le médical. Pas de place pour les observateurs qui ne sont pas partie prenante (soignant ou malade ou association) en France ... Pourtant tous ces dysfonctionnements (manque de démocratie, mauvaise organisation de notre système de santé) rendent nécessaire un rôle de médiateur. Médiation éthique ? ... Mais je sais les confidences de soignants que j'ai pu recueillir, en 7 ans ... et celles de proches confronté(e)s à la question du don d'organes ...

Aucun commentaire: