Scientific MOOCs follower. Author of Airpocalypse, a techno-medical thriller (Spring 2017)


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


I am an early adopter of scientific MOOCs. I've earned myself four MIT digital diplomas: 7.00x, 7.28x1, 7.28.x2 and 7QBWx. Instructor of 7.00x: Eric Lander PhD.

Upcoming books: Airpocalypse, a medical thriller (action taking place in Beijing) 2017; Jesus CRISPR Superstar, a sci-fi -- French title: La Passion du CRISPR (2018).

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs? Imagine all the people sharing their data...

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Les assos actives en santé doivent se mobiliser pour plus de démocratie

"Nous, le peuple", voilà qui est très différent de "Nous, les laboratoires pharmaceutiques." Le patient, le médecin : des gens, des personnes ; le peuple. Pfizer, Novartis : ce n'est pas le peuple. 

La démocratie est faite pour garantir les droits constitutionnels du peuple. Lorsque des conglomérats pharmaceutiques se déguisent en "personnes" pour écrire les lois, lesdites lois deviennent à leur service, et non plus à celui du peuple, dont médecin et patient font pourtant partie ... 

Qui a dit que le profit financier des conglomérats était inscrit dans la Constitution française ou le Premier Amendement américain ? L'Internet n'est pas un lieu neutre ... c'est le SEUL lieu où le bon peuple (si, si) peut sauver la démocratie en crise ... Il ne faut plus rien attendre de nos politiques (de tous bords et de tous poils) : il ne sont pas à notre service, mais à ceux de lobbies financiers. La nuance est de taille ...

Connaissez-vous l'équipe américaine du projet "Story of Stuff" ? Ils font un très bon boulot avec des petites vidéos et fédèrent un maximum de gens aux USA et dans ... pleins de pays.  

A mon avis, les associations françaises actives dans le domaine de la santé devraient s'en inspirer ... enfin moi ce que j'en dis ... 




NOTRE DÉMOCRATIE AGONISE. ELLE EST AUX MAINS DE LOBBIES FINANCIERS (LABOS, SOCIÉTÉS FINANCIÈRES, PÉTROLE, etc.). PAR AILLEURS, LE PRINCIPE DE PRÉCAUTION TEL QU'IL EST INSCRIT DANS NOTRE CONSTITUTION NOUS PRIVE DE TOUTE INNOVATION ; IL OBLIGE A EXAGÉRER LA MENACE. UNE SOCIÉTÉ FIGÉE, AUX MAINS DE GROUPES DE PRESSION NE PRENANT EN COMPTE QUE LEURS INTÉRÊTS ET NON CEUX DU PEUPLE : VOICI CE QU'EST DEVENUE NOTRE DÉMOCRATIE ?

Au lieu d'inscrire dans la Constitution française un "principe de précaution" qui oblige à exagérer la menace et nous prive de toute innovation, on devrait y inscrire un principe de précaution contre les conglomérats et autres lobbies ...

La démarche du duo Philippe Even-Bernard Debré, qui ont publié tout récemment un guide des "4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux" s'inscrit dans ce combat citoyen pour sauver une démocratie en crise dans notre pays ...

Le "Principe de précaution" inscrit dans la Constitution française est contreproductif car il nous prive de toute innovation ; pour autant, face à ces conglomérats qui tirent la croissance économique et humaine vers le bas, rien n'est prévu dans notre constitution - pas même un "Principe de précaution" ... De tels lobbies peuvent financer les élections et autres lois (en influençant les législateurs) à volonté. Ils peuvent aussi financer les associations actives dans le domaine de la santé ... Résultat : notre démocratie est en crise, dans tous les domaines (pas seulement la santé). L'Internet n'est pas un lieu neutre. C'est là que nous pouvons nous mobiliser pour récupérer NOTRE démocratie - devenue celle des conglomérats.

Figurez-vous que le principe de précaution est inscrit dans notre constitution : " Principe de précaution défini par la loi Barrier (1995) comme le principe 'selon lequel l’absence de certitudes, compte-tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption des mesures effectives et proportionnées, visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement, à coût économiquement acceptable'" (Source)

Que fait-on pour récupérer notre démocratie en crise (mondiale) ? Depuis 2010, aux USA, les conglomérats (pétrole, finance, médicaments) se sont emparés des voix des électeurs de manière flagrante. Seulement aux USA ? Je crois que vous et moi connaissons la réponse à cette question. 85% des Américains pensent que les conglomérats ont trop d'influence sur le cours de notre démocratie (qui du coup n'en est plus une). Idem ... en France. Les gens (nous !) ont perdu le contrôle de la démocratie, petit à petit, au profit de groupes de pression (lobbies) : compagnies pétrolières et pharmaceutiques, financières, etc. Le gouvernement sert les intérêts de ces lobbies ; et non plus ceux du peuple. Nous voulons un air propre, de bons boulots, un développement et une organisation pérenne de notre système économique dans son ensemble : développement durable en santé, en écologie, en énergie renouvelable, en éducation, en justice), une formation adéquate aux exigences du monde du travail pour nos jeunes (et non pas juste des facs qui font garderie et ne donnent pas d'emploi à la sortie), etc. Les lobbies veulent simplement garantir la pérennité de leurs intérêts économiques ... en se servant des politiques ... qui, de droite ou de gauche, servent ces puissant lobbies et non plus l'intérêt du peuple ... Y a un bug (majeur) dans le système ... Ce ne sont plus les salariés qui comptent ; mais les actionnaires. On peut bien piétiner les premiers, du moment que les seconds soient satisfaits ... Pour protéger le bon peuple (on va dire ...) de la folie financière des conglomérats (médicaments dangereux, pollution, ruine des épargnants, etc.), le gouvernement doit imposer des règles. Légiférer. Pour commencer, imposer une limite dans la participation financière de ces conglomérats aux élections ... ce qu'il ne fait pas toujours (ni aux USA, ni, dans une moindre mesure, en France) ... Dans ces pays, il est temps pour le bon peuple (si, si ...) de récupérer sa voix ...

1 commentaire:

Catherine a dit…

Source: http://www.storyofstuff.org/movies-all/story-of-citizens-united-v-fec/