Precision Medicine will need to get out of the pharma silo that is based on symptoms


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


After low-cost airlines (Ryanair, Easyjet ...) comes "low-cost" participatory medicine. Some of my readers have recently christened this long-lasting, clumsy attempt at e-writing of mine "THE LOW-COSTE INNOVATION BLOG". I am an
early adopter of scientific MOOCs. My name's Catherine Coste. I've earned myself four MIT digital diplomas: 7.00x, 7.28x1, 7.28.x2 and 7QBWx. Instructor of 7.00x: Eric Lander PhD.

Upcoming books: Airpocalypse, a medical thriller (action taking place in Beijing) 2017; Jesus CRISPR Superstar, a sci-fi -- French title: La Passion du CRISPR (2018).

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs?

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Bienvenue à la Bourse de Votre Santé

L'organisation pyramidale de notre système de santé (ses lourdeurs administratives) est un frein à la croissance du numérique (systèmes d'information en santé) et ... à la santé tout court. Ce ne sont pas les médecins qui vont nous aider à changer le système de santé - ils auraient bien trop de billes à perdre. Pourtant, si on ne le fait pas, on risque d'y laisser ... notre santé.

Les dernières avancées technologiques dans le domaine du numérique conduisent les populations anglo-saxonnes à remettre en cause deux formes de paternalisme : celui médical et celui politique. Ce mouvement arrive jusqu'à chez nous ... quelque peu atténué ... et plutôt empêtré dans quelques contradictions ... lesquelles contradictions ne sont pas non plus absentes sur le sol des pays anglo-saxons ...

"Notre organisation pyramidale est un frein à la croissance du numérique" : entendez par-là notre organisation papier-crayon-chef-à-plumes lourdingue, que cela soit dans notre administration générale ou dans l'organisation de notre système de santé, d'éducation, de justice. Face à ces lourdeurs, la grogne se fait entendre au sein de la population. Les gens sont découragés, déprimés, souffrent au travail - paraît que la France a décroché dans le domaine la palme d'or à l'échelle européenne. Mouais ... a mon avis c'est toute l'Europe qui souffre, sauf quelques pays du Nord qui vont bien ... Jean-Michel Billaut, économiste : "Tant que l'on aura des énarques et autres zigotos du même acabit, la France restera dans le 1.0... A moins que nos startups bousculent ces structures hiérarchiques d'un autre âge" (Facebook, 20/10/2012). "Le rapport de Terra Nova sur le numérique a été préfacé par Jacques Attali. Dans cette préface, il alerte les politiques sur l'urgence d'agir dans le domaine du numérique, la France voyant se creuser son retard dans plusieurs domaines. 'Le numérique nous propose pourtant des solutions d'avenir pour permettre à la France de résoudre les nombreux problèmes qui se posent à elle aujourd'hui et de retrouver son rang', y explique Jacques Attali." Lire l'article des Échos (15/10/2012) : "Jacques Attali : 'Notre organisation pyramidale est un frein pour la croissance du numérique' " 

Le monde médical anglo-saxon frétille d'intérêt pour Le-Sujet-chaud-du-moment, qui dure depuis quelques années déjà : compiler des données médicales (Big Data), visualiser des données médicales (voir image), tout cela à l'aide des outils du numérique. Les avantages seraient immenses, voire incontournables : mieux soigner le cancer, économies d'échelle dans l'organisation du système de santé, bouleversement des usages et de l'organisation de notre système de santé ... L'usager de la santé prend son destin médical en main et ne se soumet plus aveuglément (pour le meilleur et pour le pire) au paternalisme médical semblant venu d'un autre âge ... Va-t-on gérer ses données de santé comme un "portfolio" de "stock-options" en Bourse ? Nos toubibs vont-ils devenir des "Genius" (vendeurs dans les boutiques Apple) ? Certainement pas ! Le but de cette collecte de données serait de faire plus de médecine en amont (ou médecine préventive), et de mettre patients et soignants au diapason ... avant qu'il ne soit trop tard ... Prévention de la crise cardiaque, monitoring en temps réel d'un état aigu, mais surtout : le patient gère au long cours sa maladie chronique : diabète, hypertension ... ce que notre Sécu n'a plus les moyens de faire correctement ... d'où une mise en danger de la santé des patients atteints d'ALD (affections chroniques ou de longue durée). A l'heure où l'on peut envoyer des messages de n'importe où à n'importe qui se trouvant n'importe où en temps réel, pour des sujets aussi futiles qu'un rendez-vous resto ou ciné, une séance de shopping ou que sais-je encore, comment accepter que l'on puisse trépasser d'une crise cardiaque, jeune (!), faute d'une prise en charge adéquate suite à un arrêt cardiaque survenu (par définition) à l'improviste ? On pourrait donc dire que l'organisation pyramidale de notre système de santé (ses lourdeurs administratives) est un frein à la croissance du numérique (systèmes d'information en santé) et ... à la santé tout court. Lire l'article intitulé : "Will monitoring our health be like managing a stock portfolio?"

Aucun commentaire: