Precision Medicine will need to get out of the pharma silo that is based on symptoms


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


After low-cost airlines (Ryanair, Easyjet ...) comes "low-cost" participatory medicine. Some of my readers have recently christened this long-lasting, clumsy attempt at e-writing of mine "THE LOW-COSTE INNOVATION BLOG". I am an
early adopter of scientific MOOCs. My name's Catherine Coste. I've earned myself four MIT digital diplomas: 7.00x, 7.28x1, 7.28.x2 and 7QBWx. Instructor of 7.00x: Eric Lander PhD.

Upcoming books: Airpocalypse, a medical thriller (action taking place in Beijing) 2017; Jesus CRISPR Superstar, a sci-fi -- French title: La Passion du CRISPR (2018).

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs?

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Le Prix Nobel de Médecine 2012 rend caduc le diagnostic de "mort encéphalique"

"Le Nobel 2012 signe l'acte de naissance d'une révolution thérapeutique à venir basée sur le concept fou de 'régénérescence'". (Source) Où l'on découvre que nos aimables mandarins transplanteurs vont devoir se reconvertir dans la médecine régénérative ...
(Image)

"Le jury du Prix Nobel de Médecine a mesuré tout l'impact que devraient avoir à l'avenir les travaux du Japonais Shinya Yamanaka et du Britannique John Gurdon qui viennent d'être recompensés. Leur recherche sur la transformation des cellules adultes en cellules souches susceptibles de régénérer les tissus de l'organisme pourrait bouleverser tout le domaine thérapeutique pour les maladies liées au vieillissement, du cancer, à l'infarctus, en passant par le diabète et la maladie de Parkinson. 'Leurs découvertes ont révolutionné notre compréhension de la manière dont les cellules et les organismes se développent', écrit le comité Nobel." Ces deux chercheurs ont montré que "l'on peut faire remonter le temps à la matière vivante, aux cellules, les rajeunir et les transformer pour les utiliser en lieu et place des cellules vieilles et malades." On a alors découvert qu'il était inutile d'utiliser des cellules souches embryonnaires. Les cellules adultes gardent "toute leur potentialité". On a franchi "un pas très important, en ouvrant la possibilité d'introduire dans l'individu malade des cellules saines qui dérivent de ses propres cellules, sans risque de rejet." On sait donc, à présent, reprogrammer des cellules en agissant sur leur gène à l'intérieur du noyau et on a "simplifié les procédures de reprogrammation des cellules". (Source)

La "mort encéphalique" est un diagnostic de destruction irréversible du cerveau. C'est sur ce concept scientifique né en 1968 à Paris et aux USA (Harvard) que repose tout le système du don d'organes dit "post-mortem". On comprend que les avancées scientifiques récompensées par le Prix Nobel de Médecine 2012 permettent de régénérer des cellules d'un cerveau. Le diagnostic d'irréversibilité de la destruction du cerveau se trouve ainsi invalidé.

Il faut savoir que ce n'est pas d'hier que des voix s'élèvent, dans le monde entier, pour contester la validité sur le plan scientifique de la démarche visant à faire équivaloir la mort à la mort encéphalique. La mort est différente de la mort encéphalique. "Ah bon, parce qu'il y a plusieurs morts ?", demande une maman confrontée à la question du don d'organes (voir son témoignage). La mort encéphalique correspond à un coma dépassé - ce qui n'équivaut pas strictement à la mort, ont fait remarquer des médecins et autres neurologues français, américains, japonais, britanniques, etc. Il est étonnant que le concept dit "scientifique" sur lequel repose tout le système du don d'organes dit "post-mortem" ait fait l'objet de controverses de nature .... scientifique, sans que le grand public en soit informé. D'autant que la loi française prévoit que nous consentons automatiquement au don de nos organes vitaux à notre décès ... Le travail de l’État aurait été de nous informer, nous, les citoyens, sur ces controverses ... et de nous laisser librement le choix du "don", explique le Docteur Martin Winckler (lire ici). L’État ne fait pas son travail d'information. Dans cette affaire de médecine de remplacement (transplantations d'organes vitaux), on parle systématiquement d'information pour désigner ... la promotion (du "Don"). Avec le cas d'Angèle Lieby, revenue d'un coma dépassé (les médecins avaient réclamé ses organes à ses proches), force est de constater que déjà plus de 100.000 Français se posent des questions sur le système du "don d'organes" (lire).
(Image)

Pour une enquête approfondie et documentée sur les controverses scientifiques concernant la "mort encéphalique", lire ma chronique bioéthique sur AgoraVox intitulée "Enquête sur la mort encéphalique et le prélèvement d'organes en France" (12/09/2007).

Signalons au passage que pour les générations familières des jeux vidéo, le concept de régénérescence n'est pas si "fou" que cela ... on le trouve même à tous les coins de rue ... sous forme de fée elfique, par exemple, apportant une potion permettant de régénérer les organes vitaux blessés lors de combats. Toute personne familière (un tant soit peu) avec l'environnement des jeux vidéo sait que le concept de régénérescence est passé dans les mœurs ... On y voit des blessures et autres organes régénérés à longueur de temps - aucune transplantation d'organes vitaux ni "mort encéphalique" à l'horizon ...

A présent, Mesdames et Messieurs, les questions qui tuent ...

"La greffe, cela existe et cela marche à condition d'avoir un greffon. ... le médecin m'a demandé si je désirais faire don de ses organes."

"L'association Franceadot60 organise jeudi une conférence sur le don d'organes et de tissus. ... Des personnes ayant reçu une greffe viendront témoigner."

Ce ne sont là que deux exemples parmi tant d'autres pris au hasard dans les "Google News" sur le don d'organes. Maintenant que la science sait rendre réversible un état auparavant diagnostiqué comme irréversible - en ce qui concerne le cerveau -, comment des médecins et infirmiers vont-ils oser continuer à demander des organes en posant un diagnostic de mort encéphalique ? Comment l’État va-t-il oser nous imposer le "consentement présumé" au don de nos organes en se référant à un concept scientifique ... caduque ? Les médecins vont-ils continuer à nous dire (pour ne rien changer à leurs habitudes) que la mort encéphalique est la mort et qu'ils ont besoin de nos organes pour sauver des vies ? C'est là nous mentir deux fois. Comment Mister Marc Zuckerberg va-t-il se raccrocher aux branches, lui qui a lancé cet été un super buzz sur Facebook en faveur du don d'organes ? Si on sait régénérer notre cerveau, alors on n'a plus à donner nos organes. Point barre. Ou bien Mister Zuckerberg parlait-il du don d'organe de son vivant ? (rein, lobe de foie) ... Mister Zuckerberg va-t-il lancer un autre super buzz sur Facebook, en faveur de la médecine régénérative et de la génomique et du 3D Bioprinting
(Image)

La morale de l'histoire ... 

Nos aimables mandarins transplanteurs vont devoir se reconvertir dans la médecine régénérative ...

4 commentaires:

Catherine a dit…

Marie Berry : "Les prémices d'un grand changement, enfin !"

Mon commentaire : Mmmh ... vu les insultes que je reçois et le mépris ... je ne pense pas que nos mandarins mettent du zèle à se recycler ... rien ne bouge vite en France ... mais tout de même ... comment vont-ils faire pour expliquer la "mort encéphalique" et continuer à promouvoir le don d'organes après sa mort, sauce ADOT ? j'ai rien contre l'ADOT - c'est l’État qui ne fait pas son boulot d'information ...

Anonyme a dit…

"Mais il est presque mort ... On peut avoir ses organes ?"

Catherine a dit…

Des cellules souches pour traiter les AVC ischémiques : http://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/cardiologie-vasculaire-hta/des-cellules-souches-pour-traiter-les-avc-ischemiques?ku=9v7668AB-BBy8-96EA-vDDE-vDx58ywBy6DC#utm_source=lequotidiendumedecin&utm_medium=email&utm_campaign=news_derniere_heure_qdm

Catherine a dit…

Les AVC constituent le gros des troupes chez les potentiels donneurs se trouvant en "mort encéphalique"...