Scientific MOOCs follower. Author of Airpocalypse, a techno-medical thriller (Spring 2017)


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


I am an early adopter of scientific MOOCs. I've earned myself four MIT digital diplomas: 7.00x, 7.28x1, 7.28.x2 and 7QBWx. Instructor of 7.00x: Eric Lander PhD.

Upcoming books: Airpocalypse, a medical thriller (action taking place in Beijing) 2017; Jesus CRISPR Superstar, a sci-fi -- French title: La Passion du CRISPR (2018).

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs? Imagine all the people sharing their data...

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Notre système de santé n'est pas organisé. On en crève (parfois)

La France est un pays d’ingénieurs où ingénieurs et entrepreneurs ou encore ingénieurs et médecins ne savent pas travailler ensemble ... 

Les USA sont un pays où ingénieurs et entrepreneurs ou encore ingénieurs et médecins savent (parfois) travailler ensemble. 

En France, les PME ne sont pas considérées comme utiles ; aux USA, les PME sont considérées comme utiles... 

Conséquences : "Dossier médical personnel : gâchis et conflit d'intérêts à tous les étages" (lire). Voilà qui résume bien l’organisation générale (la désorganisation générale) de notre système de santé : "gâchis et conflit d'intérêts à tous les étages". Chacun poursuit son intérêt dans son coin, le plus tranquillement du monde ... On a une armée de "cowboys solitaires" (chacun travaille en silo) là où l'on devrait avoir "des équipes de Formule 1". C'est un toubib de Harvard qui le dit, en parlant des soignants de manière générale (voir). A mon avis ce (triste) constat est valable dans bien des pays, dont la France et les USA ... On fait quoi pour remédier à cette faute (majeure) de "design" dans notre système de santé ? Rien ... La France est restée coincée au XXème siècle ; quant aux USA, ils ont bien du mal à organiser leur système de santé eux aussi ... 

"L"hôpital, un monde sans pitié"... Je viens de lire ceci, relayé à tout va sur Facebook : une journée de travail ordinaire aux urgences ...
"S’il le fallait en plus, voici comment cette désorganisation a (aussi) coûté la vie à ma mère :
[ acte 1, état
de fatigue extrême ] : ma mère était dialysée 3 fois par semaine, et le samedi fatidique, se sentant pas bien, elle demande à rester un peu plus longtemps dans le service des dialyses, ce qu’on lui concède...
[ acte 2, on nous expulse du service des dialyses ] : vers 19h., le service ferme, l’infirmière insiste grossièrement pour que ma mère rentre chez elle, malgré une fatigue extrême. Devant mon refus, car il paraissait évident qu’elle avait besoin de soins, on m’indique qu’on ne peut pas rester ici et qu’il faut que j’aille aux urgences, situés au RdC de l’hôpital. Pour ce, on me fournit gracieusement une chaise roulante et j’y installe tant bien que mal ma mère qui ne tient pas debout. On m’indique de reprendre la sortie normale,…, la porte du service des dialyses se referme très rapidement derrière notre dos. S’en suit la descente en ascenseur, une sortie dans la nuit et le froid de l’extérieur et, un cheminement difficile sous une pluie de neige fondue, nous sommes début février et dans le Nord de la France, jusqu’au service des urgences…
[ acte 3, arrivée au service des urgences ] : on poireaute une bonne heure avant d’être pris en charge malgré mes multiples demandes. On a l’air de se fiche, ici, éperdument des personnes âgées. A force de demandes, on daigne enfin prendre en charge ma mère qui n’en peut plus sur sa chaise où elle perd parfois connaissance. Je grimpe au plafond lorsqu’on nous indique que si c’était le service des dialyses qui avait amené ma mère ( comme ils auraient du le faire ), celle-ci aurait été immédiatement prise en charge et, elle serait descendue par l’ascenseur interne réservé aux services, sans passer dans le froid/pluie/neige de l’extérieur ! On installe ma mère, très faible, dans un lit d’une pièce de soins. Le médecin déclare, à mon étonnement, qu’il va falloir faire toute une série d’analyses car ils ne peuvent avoir accès au dossier de dialyse de ma mère trois étages plus haut, le service est fermé et il n’y a aucune jonction informatique entre les services ! ! ! On me sort de la partie soignante des urgences et l’on m’encourage à revenir dans quelques heures. Fatigué, je rentre reprendre des forces à la maison…
[ acte final ] : Deux heures après, alors que j’allais revenir à l’hôpital, le médecin des urgences téléphone chez moi pour me signaler que ma mère vient de décéder…"


Ce commentaire a été posté à la suite de l'article : "Dossier médical personnel : gâchis et conflit d’intérêts à tous les étages".

1 commentaire:

Catherine a dit…

http://www.l-editeur.fr/lhopital-un-monde-sans-pitie