Scientific MOOCs follower. Author of Airpocalypse, a techno-medical thriller (Spring 2017)


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


I am an early adopter of scientific MOOCs. I've earned myself four MIT digital diplomas: 7.00x, 7.28x1, 7.28.x2 and 7QBWx. Instructor of 7.00x: Eric Lander PhD.

Upcoming books: Airpocalypse, a medical thriller (action taking place in Beijing) 2017; Jesus CRISPR Superstar, a sci-fi -- French title: La Passion du CRISPR (2018).

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs? Imagine all the people sharing their data...

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Les mémoires vives d'un chirurgien

Comment charger des gens qui vivent d'un système de ... réformer ledit système ? C'est le serpent qui se mord la queue ...

Il faudrait obliger les politiques à faire leur boulot : représenter le peuple. Et non obéir à des lobbies (ceux qui ont financé et vont financer leurs élections) et s'occuper de leur carrière ... Du temps de de Gaulle, un politique s'occupait de l'intérêt général, et non ... de sa carrière politique. Depuis qu'on a perdu - de vue - la Deuxième Guerre mondiale, la notion d'intérêt général a disparu au profit de celle de "carriérisme" dans le politique. Contre ces dérives du politique (défini comme la chose publique) qui tirent la croissance économique et humaine vers le bas au nom des privilèges d'un petit nombre, il faudrait trouver un garde-fou. En voici un simple, imparable : limiter les mandats des politiques : deux mandats maxi, et hop, ils retournent à leur VRAIE vie professionnelle ... sinon on a des carriéristes qui kangouroutent d'une fonction à l'autre dans la politique, sans jamais la quitter et en y cherchant toujours leur meilleur intérêt - et non plus celui du citoyen lambda (la fameuse Arlésienne ou "chose publique") ... Les grands comptes (lobbies) ont noyauté la politique et ses carriéristes : ils financent les élections de nos politiques carriéristes ... en échange de privilèges ... C'est ainsi que les grandes entreprises sont imposées à 8% là où les petites le sont à 30%. Une PME ne va jamais faire perdre un député ... Mais les gens sont tellement habitués à dire :"Notre maire est le même depuis 10 ans, voyez-vous" ... voire 20 ... "Comme ça il s'occupe bien de nous, on le connaît bien, on lui a serré la main plusieurs fois au marché ..." Il s'occupe de ... lui, oui ! Mais allez faire comprendre cela à ces braves gens ... ce n'est pas dans les mœurs gauloises. On veut des élus qui durent ... longtemps ... longtemps ... longtemps ... longtemps ... longtemps ... longtemps ... Boum ! Pendant qu'on roupillait, on s'est pris le mur ! Chômage, perte de compétitivité, déclin dans l'innovation ... "Comme quoi, on reste royaliste ou monarchiste, malgré tout. La liberté fait peur ...", me fait remarquer une amie Facebooknaute ... En France, on veut guillotiner le roi non pas pour rétablir les droits de la chose publique (la démocratie de notre république), mais pour ... devenir le roi à son tour ... et bénéficier de ses privilèges ... Le roi, le chef, le président : le chef à plumes, quoi... En France le Chef est le Chef. On l'écoute, même s'il a tort. On l'encense un jour, on le brûle le lendemain, et ainsi de suite, et réciproquement ... Pendant ce temps, libres on n'est ... jamais.Compétitifs on ne devient ... jamais.

Je viens de parler une heure avec un ami chirurgien à la retraite. Ce qu'il m'a dit me dégoûte à un point ... Des décennies de rapports et de tentatives visant à rendre le monde du médicament plus sain, les procédures administratives en santé moins ... inflationnistes - lesquelles procédures pèsent sur les métiers de dentistes, chirurgiens, médecins au point de rendre leur pratique impossible parfois : procédures administratives dites de "traçabilité" souvent délirantes dans le domaine papier crayon 1.0, en dix exemplaires etc.

Tous ces rapports et tentatives ont coûté cher à la "Sécu" et ont fini ... à la poubelle, alors que potentiellement, il y avait tout ce qu'il fallait pour ramener le système de santé et du médicament à la raison. C'était il y a un peu plus de 15 ans, puis il y a un peu plus de 10 ans, puis il y a un peu plus de 5 ans, etc. Plus cela change, plus c'est pareil ... Savez-vous qu'il y a des génériques qui coûtent plus cher que le médicament originel ? Dans un tel cas, le "labo" d'origine commercialise donc ses brevets de recherche et molécules moins cher que des ... "génériqueurs" ("labos" fabriquant des médicaments dits "génériques") qui s'en mettent plein les fouilles. Aucune chasse au gaspi n'est entreprise, jamais, dans aucun domaine. Les rapports s'accumulent. Ils coûtent cher, sont précis, font état de chiffres précis. Au lieu de s'en servir afin d'en faire bon usage dans la réalité terrain, on les enterre et on en commande de nouveaux, sans cesse. Cela dure ainsi depuis des décennies. Le gouvernement actuel nomme sans vergogne ses amis et autres copains (népotisme++) à des postes clé. Celui précédent a fait de même, semble-t-il, et ainsi de suite...

A mon avis faut rien attendre de tous ces politiques, de tous poils et de tous ordres et tous partis. Faut gentiment les ignorer, et les ... disrupter, façon ... Steve Jobs.
[ Image].

2 commentaires:

Anonyme a dit…

On sait très bien, que de tout temps, l'innovation n'est pas venue de ceux qui avaient le pouvoir...Donc, je suis d'accord. Après, le problème est celui des castes. Les médecins en sont une , les ingénieurs une autre, et ils ne se rencontrent pas vraiment...

Catherine a dit…

200% d'accord ... Pourtant dans d'autres pays, ingénieurs et toubibs bossent ensemble ... mais apparemment cela ne nous sert pas de leçon ...