I'm the author of Airpocalypse, a medical thriller


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


I am an early adopter of scientific MOOCs. I've earned myself four MIT digital diplomas: 7.00x, 7.28x1, 7.28.x2 and 7QBWx. Instructor of 7.00x: Eric Lander PhD.

Upcoming books: Airpocalypse, a medical thriller (action taking place in Beijing) 2017; Jesus CRISPR Superstar, a sci-fi -- French title: La Passion du CRISPR (2018).

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs? Imagine all the people sharing their data...

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Coma : nouvelles découvertes !

Dire qu'on base tout notre système de don d'organes dit "post-mortem" sur une idée de coma dépassé ("mort encéphalique") ... alors que cette notion fait l'objet d'une polémique scientifique à échelle internationale ... dont le grand public ignore tout ... Nous avons largement documenté ce sujet sur ce blog ... Voici à présent que l'on fait de nouvelles découvertes sur le coma ... Finalement on s'était un peu gourés - c'est rassurant, dites-donc !

"Le coma, une réorganisation plus qu’une déconnexion, des réseaux cérébraux" :

"Contrairement à ce que l’on pensait, l’état de coma s’accompagne d’une réorganisation profonde des réseaux cérébraux et non d’une déconnexion partielle ou totale. Cette découverte issue d’un travail collaboratif INSERM/CNRS pourrait aider au diagnostic différentiel des états de coma.
Avec d’autres chercheurs, du CNRS et de l’Université Joseph Fourier à Grenoble, et en collaboration avec des cliniciens de Strasbourg, l’équipe Inserm de Chantal Delon-Martin (Unité 836, Grenoble) a analysé les données de 17 patients en coma aigu, dans les 3 à 18 jours qui ont suivi l’admission à l’hôpital, non traumatisés crâniens et respirant de façon autonome, à celles de 20 sujets volontaires sains.
Les sujets ont tous été soumis à une IRM fonctionnelle sans tâche, de repos ; le cerveau est ainsi 'découpé' en 417 régions cérébrales, corrélées deux à deux, permettant de déterminer une évolution globale du signal.

Connectivité cérébrale globale conservée

Ainsi, les chercheurs ont pu montrer que chez les 17 patients cérébrolésés, la connectivité cérébrale globale est conservée. En analysant cette connectivité au niveau local, ils observent que certaines régions cérébrales fortement connectées (appelées 'hubs') chez les volontaires sains sont plus faiblement connectées chez les patients dans le coma. Et, inversement, des régions moins densément connectées chez des sujets sains, deviennent des 'hubs' chez les patients dans le coma.
Il semble donc que le coma puisse être lié à des changements dans la localisation des 'hubs' parmi les réseaux cérébraux. 'C’est le cas du gyrus cingulaire qui devient un nœud du réseau chez les sujets dans le coma. En fait, illustre Chantal Delon-Martin, les nœuds sont comme des aéroports d’envergure internationale, qui ont de multiples connexions et beaucoup d’échanges'.

Les conséquences

'Cela pourrait être une aide au diagnostic, souligne Chantal Delon-Martin, insistant très soigneusement sur le conditionnel, entre le coma végétatif et le coma à conscience minimale'. En 2009, une étude décelait 44 % d’erreurs diagnostiques entre ces deux états. L’évolution d’un coma aigu est le décès, le réveil, le coma végétatif ou le coma à conscience minimale.
'Lors de ce travail nous mesurons une pente qui quantifie la réorganisation cérébrale ; chez les 2 patients sur 17 qui se sont réveillés, cette pente était proche de celle des sujets contrôles'.
Ces travaux pourraient permettre de construire un indice pour l’évolution du coma. 'Que seul un suivi longitudinal pourra valider' conclut la chercheuse." Source : Le Quotidien du Médecin
Merci au Docteur ANNE TEYSSÉDOU-MAIRÉ pour cet excellent article ...

A lire sur le sujet en anglais : Hubs of brain functionnal networks are radically reorganized in comatose patients. PNAS 26 novembre 2012 :

Abstract

"Human brain networks have topological properties in common with many other complex systems, prompting the following question: what aspects of brain network organization are critical for distinctive functional properties of the brain, such as consciousness? To address this question, we used graph theoretical methods to explore brain network topology in resting state functional MRI data acquired from 17 patients with severely impaired consciousness and 20 healthy volunteers. We found that many global network properties were conserved in comatose patients. Specifically, there was no significant abnormality of global efficiency, clustering, small-worldness, modularity, or degree distribution in the patient group. However, in every patient, we found evidence for a radical reorganization of high degree or highly efficient 'hub' nodes. Cortical regions that were hubs of healthy brain networks had typically become nonhubs of comatose brain networks and vice versa. These results indicate that global topological properties of complex brain networks may be homeostatically conserved under extremely different clinical conditions and that consciousness likely depends on the anatomical location of hub nodes in human brain networks." (Source)

Aucun commentaire: