Scientific MOOCs follower. Author of Airpocalypse, a techno-medical thriller (Spring 2017)


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


I am an early adopter of scientific MOOCs. I've earned myself four MIT digital diplomas: 7.00x, 7.28x1, 7.28.x2 and 7QBWx. Instructor of 7.00x: Eric Lander PhD.

Upcoming books: Airpocalypse, a medical thriller (action taking place in Beijing) 2017; Jesus CRISPR Superstar, a sci-fi -- French title: La Passion du CRISPR (2018).

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs? Imagine all the people sharing their data...

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


Dernier coup de blues avant les prochaines fleurs de cerisier

Mon amie japonaise Yuki est Geisha dans un grand hôtel de Tokyo (le plus étoilé des hôtels de la ville, si je ne m'abuse) ... Ci-contre, une photo d'elle - elle s'y trouve "monstrueuse" ... Ah bon ... ben je connais beaucoup de femmes (dont moi) qui aimeraient être aussi "monstrueuses" ...

Je regardais ces petites vidéos - un reportage de la BBC montrant une jeune apprentie Geisha et sa vie à Kyoto en 6 petites vidéos sur You Tube ... j'ai trouvé cela très émouvant ... Mes interminables conversations avec mon amie Yuki me manquent - or une Geisha qui côtoie des hommes politiques de premier plan au Japon est tenue au secret, et mon boulot de scénariste pour Tim Burton ... mon travail avec Steve Jobs mourant ... Quand on s'écrit ou on se parle toutes les deux sur Skype, on se dit avec conviction et ton joyeux forcé que c'est "pour la bonne cause", qu'on n'a plus le temps de "papoter" ainsi, et chacune se réjouit haut et fort du succès de l'autre, l'encourage à réaliser ses rêves ... mais je sais qu'en fait nous sommes un peu déchirées d'avoir moins de temps pour profiter d'être ensemble ... c'est avec force reniflements et essuyages d'yeux que je fini de regarder ces 6 satanées vidéos ... Comme dit mon mari, on finira bien par aller au Japon ...

Voilà des mois et des mois et des mois que je suis un entraînement "d'enfer" - chanter (je suis pas douée), danser (cela passe déjà mieux), lire (toujours des métros de retard), écrire, travailler avec ma co-scénariste le plus vite et le mieux possible, travailler mon anglais, encore et toujours ... pas trop de place pour les "états d'âme" ni pour les réunions en famille ... Mais aujourd'hui est le jour "spécial émotions", faut croire ... Tout y passe ... Mon boulot consiste à prendre des histoires difficiles et à les habiller, en faire une comédie musicale pour Broadway ou un film plein de poésie ... J'ai un "Tim" en cours et deux "musicals" ... avec la difficulté de passer d'une ambiance à l'autre, d'un personnage à l'autre, d'une histoire à l'autre (et les voyages ++) ... Rendre hilarante une histoire déchirante ... prendre l'ascenseur pour aller vers les toits faire la fête, et non vers la cave ... Ma co-scénariste porte une histoire lourde, mon boulot est de trouver des éléments cocasses, faire de l'"entertainement" intelligent (si si, cela existe. Je sais que les Français n'y croient pas, aussi j'ai cessé d'argumenter depuis longtemps ... JE FAIS).

Je me demande comment ma co-scénariste me voit ... A force de toujours rechercher avec une obstination extrémiste les éléments drôles et entraînants, leur enchainement, des idées de mélodie, de l'inédit, elle doit penser que je plane à mille lieues au-dessus de son vécu douloureux, dont j'ai fait mon fond de commerce (et le sien). Ben en fait, non, je crois pas ... C'est curieux, mais ma co-scénariste, c'est comme la "sœur" de cette apprentie Geisha montrée dans les 6 petites vidéos (celle qui est déjà une Geisha professionnelle et qui aide l'apprentie, laquelle en retour veille à l'aider aussi souvent qu'elle le peut dans les tâches et l'organisation du quotidien) ... on partage les bons et les moins bons moments ... Lorsqu'on a balayé l'ensemble du spectacle pour notre "story board" et qu'on "case" la plupart des éléments sur lesquels nous avons sué sang et eau, il faut faire comme si cela allait de soi, alors que c'est un grand moment d'émotion ... mais je me dis que pour celle qui a un vécu lourd, c'est déjà assez ... je vois mal comment je vais aller rajouter de l'émotion (illégitime ?) à l'émotion (légitime) ... donc je fais comme si ... celle qui n'a rien vu ... glissons ... Ce doit être le métier qui rentre, ou alors je deviens Américaine ? Je sais que pour ma co-scénariste, cet exercice d'équilibriste est périlleux ... et à distance, je sens quand elle ne va pas bien ... et aussi quand elle va mieux grâce au fait qu'on raconte son histoire exactement comme elle le veut ... Mon mari dirait que j'ai des côtés Japonais ; ouais, mais y a aussi des fois où y a une Chinoise et une Japonaise qui se battent en moi ... il arrive même que cela tape dur, un peu comme ... à Gaza en ce moment.

Mon mari m'appelle "Candace", comme la grande sœur de "Phineas and Ferb" (mon dessin animé fétiche. Je suis amoureuse de Ferb, mais uniquement de celui en V.O.!! Celui doublé en français me laisse froide et indifférente). Pour moi, écrire une histoire équivaut à prendre des gens "la main dans le sac", tout comme Candace, la sœur aînée de Phineas et de Ferb, dont la vie entière tourne autour de ce but un peu fou : dénoncer les activités créatrices de ses frères géniaux ... à sa mère ("bust my brothers"). Du coup il lui arrive tout un tas d'aventure, un peu à son corps défendant ... Vous pourriez me demander si je choisis mes histoires ? Celles que je vais raconter ... passer ma vie à raconter ... hé bien non ... ce sont elles qui me choisissent ... ceci est l'histoire de ma vie ... Si j'avais pu choisir, j'aurais travaillé dans la mode, et je serais devenue une journaliste de renommée mondiale dans le domaine des sacs à main "fashion" ... Mais voilà des années que je n'ai plus le temps de m'habiller, et mon uniforme est plutôt le survêtement, et mon parfum la Transpiration Puissance 5 de chez Nonchanel ... Souvent j'ai l'impression que prendre une douche va me sauver la vie tellement je sens que je ... sens la transpiration. M'habiller ? Comment je m'habille ? Eh bien la passionnée de mode que je suis à dû renoncer aux 2/3 de sa garde-robe pour cause de voyages fréquents (et le survêtement prend de la place ...) M'habiller équivaut donc à : "viiiite prendre une douche et enfiler le premier jean et pull-T-shirt à portée de main avant que ma co-scénariste débarque !!" On est bien loin de la carrière rêvée dans les sacs à main ...

J'ai beau être Française, je suis étrangère à mon pays. Jamais je ne regarde la TV française (à part "C dans l'air") ... j'ai déjà trop à faire avec toutes les vidéos, films, animés, mangas, etc. que je dois visionner pour ma ... créativité (disons) ... Autour de moi, de précieux amis anglo-saxons experts en "movie" et autres "animés" me conseillent ... sans eux je ne ferais pas ce que je fais aujourd'hui ... Quand je suis épuisée, une amie Qatari me lit un conte de fées à haute voix tandis que je suis étendue sur son canapé ... je redeviens enfant, suspendue à son histoire, totalement émerveillée ... Mais ces moments de grâce ne sont pas le pain quotidien d'une scénariste ... c'est plutôt le macaron d'un Chef étoilé que l'on déguste (Marie sait de quoi je parle ...)

Steve Jobs. Vous voulez que je vous parle de mon travail avec feu Steve Jobs ? Ben, c'est facile. Sur le sujet j'ai un droit de parole de carpe, et un droit (devoir) d'écrire de champion olympique (façon "Make it or Break it") ... Lorsque je visionne des films et documentaires nécessaires à ma ... "créativité", et où l'on voit Steve Jobs en fin de vie, cela me retourne l'estomac, mais faut faire comme si de rien n'était. "Ah bon j'ai les larmes aux yeux ? C'est à cause de l'oignon ... ben celui que j'ai épluché hier pour le rôti, tiens, et dont le reste est à côté du gâteau au chocolat dans le frigo - duquel gâteau je m'empiffre présentement et qui est donc imbibé d'oignon d'où mes larmes ... eh oui vous avez percé à jour mon pire secret : mon talent est une imposture ... Y a des jours où je me demande si c'est pas l'intelligence émotionnelle qui fait tout ? C'était ce que je voulais dire quand je vous disais que mon boulot ressemblait à la vie de cette pauvre Candace qui a des ... écureuils dans son pantalon.



Un dernier sujet que je voudrais aborder dans ce fatras émotionnel est : les interprètes. La scénariste que je suis est fascinée par eux. Oh ce n'est pas d'hier. Depuis toute petite ... Du coup, on écrit pour eux ... et plus l'histoire avance, plus on a ses petites idées sur le, la, les (je vérifie que je sais toujours parler et écrire français, ce qui n'est pas évident, non non, ne riez pas) interprètes qu'on voudrait ... qu'on verrait bien ... dans tel ou tel rôle auquel on tient comme à la prunelle de ses yeux ... On "fantasme" sur tel ou tel interprète (masculin et féminin, enfant), ce qui nous aide à écrire ... mais une fois le projet abouti et porté sur scène, l'adéquation interprètes rêvés - storyboard est rarissime ... c'est peut-être aussi bien comme cela ... On est aussi maniaque de la mise en scène telle qu'on l'a imaginée en parcourant des expos à travers le monde à la poursuite de nos obsessions favorites (ici, un dragon ; là, des objets anciens d'autres civilisations) ... or bien souvent, tout cela est remanié, tout comme le "storyboard" ... Faire et défaire, c'est toujours travailler ... Il n'est pas rare de compter une centaine de fins différentes pour une comédie musicale qui passe à Broadway des années durant ... Je dis d'un air réjoui à ma co-scénariste : au moins cela nous donne du travail ... et la pression ... j'en reviens toujours à cette histoire d’écureuils ... Ah, je suis bien loin de la vie de Geisha ... quoique ... y a des fois où je me demande ... Bon, tout ça pour vous dire que ma copine japonaise Yuki me manque ... Je me demande si "Memoirs of a Geisha" va devenir un "musical" à Broadway, à Londres ou en Australie (ou ailleurs encore) ... Qu'en pensez-vous ? ...

Aucun commentaire: