Scientific MOOCs follower. Author of Airpocalypse, a techno-medical thriller (Spring 2017)


Welcome to the digital era of biology (and to this modest blog I started in early 2005).

To cure many diseases, like cancer or cystic fibrosis, we will need to target genes (mutations, for ex.), not organs! I am convinced that the future of replacement medicine (organ transplant) is genomics (the science of the human genome). In 10 years we will be replacing (modifying) genes; not organs!


Anticipating the $100 genome era and the P4™ medicine revolution. P4 Medicine (Predictive, Personalized, Preventive, & Participatory): Catalyzing a Revolution from Reactive to Proactive Medicine.


I am an early adopter of scientific MOOCs. I've earned myself four MIT digital diplomas: 7.00x, 7.28x1, 7.28.x2 and 7QBWx. Instructor of 7.00x: Eric Lander PhD.

Upcoming books: Airpocalypse, a medical thriller (action taking place in Beijing) 2017; Jesus CRISPR Superstar, a sci-fi -- French title: La Passion du CRISPR (2018).

I love Genomics. Would you rather donate your data, or... your vital organs? Imagine all the people sharing their data...

Audio files on this blog are Windows files ; if you have a Mac, you might want to use VLC (http://www.videolan.org) to read them.

Concernant les fichiers son ou audio (audio files) sur ce blog : ce sont des fichiers Windows ; pour les lire sur Mac, il faut les ouvrir avec VLC (http://www.videolan.org).


La santé va à vau-l'eau en France (suite)

Disrupter : Du latin disruptionem, de disruptum supin de disrumpere, de dis- préfixe, et rumpere, « rompre ».
disruption  nf
1      (électricité)   ouverture soudaine d'un circuit électrique
2      (électronique)   claquage brutal d'un composant provoquant la coupure d'un circuit


Je poursuis mes investigations sur notre système de santé ... En route, j'ai rencontré "Le Dictateur", Borat, AliG ..

Ce qui suit constitue la suite de la chronique bioéthique du 12/10/2012, intitulée : la santé va à vau-l'eau en France.

Un article relayé sur Facebook (merci Dr. Christian Lehmann) dit ceci : "Reste à expliquer aux Français ce qu'ils commencent à comprendre : ils payent deux fois, pour la Sécu ainsi que pour une complémentaire et bien souvent ils ne sont plus remboursés; certains ont payé toute leur vie et n'ont même plus accès au médecin car le dernier généraliste est parti à la retraite non remplacé. (...) Enfin, le problème de fond n'est pas réglé et ne le sera pas, car tout le monde voit bien la totale désorganisation du système de soins qui ne peut conduire qu'à son effondrement : l'hôpital fait de la médecine générale ; les complémentaires jouent le rôle de la Sécu et souvent elles ne 'complémentent' plus rien. On demande aux pharmaciens et aux sages femmes de jouer aux médecins, et les médecins généralistes, quand ils ne se suicident pas (première cause de mortalité des médecins en exercice) dévissent leur plaque et vont faire des papiers (la médecine administrative est correctement honorée aux 35 heures, pas le soin).
Tout cela avec une pente vertigineuse des coûts logistiques (administration, informatique, audits externes...), parmi lesquels des délires informatiques dont le DMP (Dossier Médical Personnel dénommé 'dossier mal parti' dans le milieu médical) participent à cette profusion de dépenses qui ne vont pas au soin. Dernière livraison de la Cour des Comptes : les hôpitaux de Marseille ont dépensé 14 millions d'euros depuis 2005 dans un DMP qui n'existe toujours pas."
(Source).  Photo.

Déjà, là, c'est pas mal ... Mais attendez la suite...

"Les médecins ont découvert que les cadeaux fiscaux et subventions aux complémentaires représentent en un an environ 8 milliards d'euros, ce qui permettrait de rembourser trois fois la totalité des "dépassements d'honoraires" de tous les médecins pendant une année si cet argent était donné à la Sécurité Sociale.
Mais aussi, les frais de gestion des mutuelles, également de l'ordre de 8 milliards d'euros annuels, représentant environ 25% du budget annuel, doivent être comparés aux 5% de la Sécurité Sociale (oui les frais de gestion des mutuelles représentent le triple des dépassements d'honoraires, et les subventions aux complémentaires aussi !).
Cette présentation s'est accompagnée de projets de loi déposés au parlement, l'un prolongeant d'un an l'obligation aux mutuelles de publier leurs comptes et donc laissant l'opacité financière portant sur 8 milliards d'euros de frais de gestion, l'autre créant des réseaux de soins privés au profit des mutuelles, et leur permettant de moduler les prestations en fonction de l'affiliation du professionnel sur lequel il pourra être exercé des exigences comptables influençant les décisions médicales.
On ne peut donc que constater le changement... dans la continuité ! Cette politique de démission organisée de la Sécurité Sociale durant maintenant depuis bien longtemps, avec cette fois un bon coup d'accélérateur : le passage de ces mesures signifie une privatisation complète de la santé avec une soumission économique des médecins aux demandes médicales des assureurs; organisation hautement rentable et potentiellement capitalistique permettant enfin de mettre en place des réseaux de soins intégrés, maîtrisant l'ensemble de la prestation, depuis la vente du contrat groupe complémentaire jusqu'à la délivrance du médicament; avec une décision médicale encadrée par les financiers privés, bravo !
L'habillage de ces mesures et dispositions dans un package bobo anti-dépassement était une brillante idée.
Mais le bel édifice commence à branler, les Français ne sont pas idiots et, s'ils ont du mal avec les dépassements d'honoraires, ils en ont un peu plus lorsqu'ils découvrent ébahis ce que devient l'argent du soin. Nous tenons à nous excuser d'avance auprès de la Matmut et de son directeur, mais manque de chance, nous ne sommes pas fans de 'Chevallier et Laspalès', et découvrir que leur rémunération de 900000 euros représente 4% des frais de communication de la Matmut nous a très fortement irrités car cela signifie que 22 millions d'euros partaient en 2007 en publicité, rien qu'à la Matmut." Photo.

Bon, cet article, c'est trop de la bombe ...

On voit bien à quoi ressemble notre vieux système de santé 1.0 ... dont les vieilles coutures craquent de tous côtés ... et qui prend l'eau ...

Je vous engage certes à aller lire cet article et à le partager sur vos réseaux sociaux favoris ... mais ... après ? ...

Il me semble que les médecins défendent leur pré carré, et les assureurs le leur ... Comment arriver à organiser notre système de santé si chacun travaille en silo ?

Mesdames et Messieurs les médecins et assureurs, vous allez vous faire disrupter ... on vous aura prévenus ... Voici venir la santé 2.0 ...
Photo.

Jean-Michel Billaut, @nthropologue :  

"Il me semble qu'il y aurait lieu d'avancer vite dans ce secteur ... Car un tsunami, que l'on n'a jamais connu dans les sociétés humaines, se prépare ... Dans les 20 à 30 prochaines années, la population du 3ème et 4ème âge va doubler ... On ne pourra pas gérer au mieux ces populations, avec des conditions financières correctes, sans des outils du 2.0 (outils du numérique dans la santé), sans des robots d'accompagnement, et naturellement sans des réseaux de télécommunications à TRÈS haut débit ... Car il n'y aura pas assez de valides biologiques en bonne santé pour aider ce 3ème et 4ème âge ... voir le 5ème ...

Bon ce que j'en dis ...

Cela étant je suggère la création d'une association française 'Santé 2.0' qui regrouperait tous ceux qui intéresseraient à la chose, indépendamment des chapelles 1.0...

Veille technologique, voyages d'études aux USA (c'est quand-même là que cela se passe), études spécifiques ... etc.

Et si ces sujets vous intéressent, je vous suggère de vous intéresser à BePatient ... C'est le début de la santé 2.0..."

Aucun commentaire: